Résultats H1 2012

Mise en route lente au premier semestre dans le Goods ID et réalisations et perspectives de qualité dans le secteur du People ID

COMMUNIQUE REGLEMENTE

Revenus du Groupe à 103,2 millions € 
Stable à -0.7% par rapport à H1 2011 
EBITDA courant  à  5,3 millions €
(en baisse de -41,2% par rapport à H1 2011)

Goods ID : Démarrage lent dans un environnement difficile
Revenus à 82,6 millions € (+6,2% par rapport à H1 2011)
Marge brute à 40,8% des ventes
EBITDA courant à 2,2 millions € (-53,5% par rapport à H1 2011)

People ID : Bon premier semestre tant en résultats qu’en augmentation de visibilité pour l’année  
Revenus à 20,6 millions € (-21,3% par rapport à H1 2011) 
EBITDA courant à 4,5 millions € (-22,2% par rapport à H1 2011) 

RAPPORT DE GESTION INTERMEDIAIRE

La déclaration de conformité est reprise dans les Etats financiers consolidés intermédiaires résumés

I. COMPTE DE RESULTATS

(1) "Courant" signifie hors charges de restructuration et revenus/coûts non courants 
(2) Nombre moyen pondéré en circulation 
(3) Part Groupe

Le premier semestre a été marqué par un démarrage lent de la prise de commande dont l’origine est très différente dans les deux divisions : le ralentissement économique a freiné les décisions d’investissements notamment dans le secteur de la grande distribution, particulièrement important pour le Goods ID, et les cycles de vente de contrats de court terme du People ID ont abouti en cours de deuxième trimestre. Par ailleurs, les composantes récurrentes des revenus des deux divisions continuent à préserver la base du chiffre d’affaire.  

Le revenu du Groupe est stable à -0,7% par rapport au premier semestre 2011. Le secteur du Goods ID progresse de 6,2%, essentiellement du fait de l’acquisition de Zetes South Africa en juillet 2011. A périmètre constant, le revenu de cette division est en baisse de 3,3%. Dans le People ID, le revenu est en recul de 21,3%, mais en prenant en comparaison un premier semestre 2011 marqué par des ventes de hardware très importantes. La marge totale s’affiche à 43,9% des ventes, très similaire à celle enregistrée au premier semestre 2011, et en valeur absolue à 45,3 millions €, contre 46,0 millions € un an plus tôt.

L’EBITDA courant du Groupe s’affiche à 5,3 millions €, en baisse de 41,2% par rapport au premier semestre 2011, à -53,5% dans le Goods ID et à -22,2% dans le People ID.

1. Goods ID

Au premier semestre 2012, la Division a connu un démarrage lent de sa prise de commande avec des marges sous pression, ce qui a impacté les résultats du premier trimestre. Le deuxième trimestre a enregistré une progression constante de la prise de commande. Cependant, cette prise de commande n’a pu être totalement transformée en revenus au cours de la première moitié de l’année.  Dans les périodes d’incertitude économique, les prises de commande se concentrent sur les fins de trimestre, ce qui rend l’exécution, l’utilisation des capacités de développement software et, corolairement, la gestion du revenu plus difficiles.

Zetes continue, avec succès, à se profiler sur le domaine de pointe de la traçabilité : les solutions proposées vont de la sérialisation dans le secteur pharmaceutique notamment au « Proof Of Delivery » pour les secteurs postaux et de distribution de petits colis. Par contre, le secteur de la grande distribution a connu un ralentissement en termes de commandes consécutif à l’effet de la crise sur la consommation privée.

Le business model du Goods ID reste l’offre de solutions en Business to Business permettant des gains de productivité importants et des retours sur investissements à court terme. La prise de commande très lente constatée en début d’année s’est d’ailleurs améliorée en fin de semestre, soulignant le besoin d’investir de nos clients pour conserver leur compétitivité.  Pour rappel, l’offre de Zetes s’assortit de services de maintenance et de fourniture de consommables pour les solutions déployées, qui assurent un volume d’affaires récurrent à la société.

Les efforts de développement restent importants, tant dans la reconnaissance automatique (ImageID) que dans la technologie de reconnaissance vocale et dans les terminaux spécialisés. De l’ordre d’ 1 million € a été alloué aux développements sur le premier semestre. 

La performance des entités du Groupe est différente selon les régions. A périmètre constant, au niveau des ventes et de la marge brute, toutes les régions sont en légère baisse. Les différences entre régions se marquent dans les niveaux de marge et l’évolution des frais opérationnels.

Dans un environnement macroéconomique particulièrement affecté par la récession, la région Sud réussit à gagner des parts de marché, à conserver de bonnes marges et à maintenir ses frais sous contrôle.

La région Centrale a été affectée par le ralentissement, assez inattendu, de la prise de commande au premier trimestre. Les résultats du premier semestre en subissent les effets. Les perspectives s’améliorent au second semestre. En effet, plusieurs grosses commandes ont été enregistrées au deuxième trimestre et seront livrées au second semestre. De plus,  un programme de restructuration a été mis en place pour améliorer la productivité de certaines unités, notamment dans le Benelux où la contribution du premier semestre était significativement plus faible que par le passé. De plus, sans que ce soit très significatif au niveau du résultat au premier semestre, une proportion accrue de ces commandes est enregistrée sur le mode « managed services », s’inscrivant dans la durée. Dans ce modèle, les clients optent pour le paiement d’un montant mensuel ou trimestriel pour l’utilisation d’une solution packagée. Selon les cas, Zetes opte pour un portage de l’investissement dans ses livres ou pour une cession des actifs à une institution financière spécialisée. Dans le respect des  normes IFRS d’application, une partie des revenus ne sera donc comptabilisée que sur les années à venir, ce qui améliore encore la récurrence des revenus et leur prédictibilité mais a un impact immédiat de réduction de la profitabilité à court terme.

Dans la région Nord, la situation s’améliore clairement au Royaume Uni même si celle-ci n’est pas encore traduite dans les chiffres du premier semestre. Par ailleurs, le programme d’intégration de la nouvelle filiale en Afrique du Sud est en cours. Les efforts pour convertir les équipes locales aux pratiques et au mode de fonctionnement du Groupe se sont faits momentanément aux dépens de la profitabilité. L’Afrique du Sud enregistre en effet une performance négative au premier semestre de l’ordre de -0,4 million €. Ce résultat impacte bien sûr les ratios de toute la division mais ne remet en cause ni l’intérêt, ni la nécessité pour le Groupe Zetes d’être présent en Afrique avec sa division Goods ID.

Zetes travaille actuellement à un programme ambitieux d’amélioration des marges par l’utilisation plus intense des solutions les plus performantes et par une convergence des pratiques en matière d’exécution synonyme de gains importants de productivité.

Analyse à périmètre constant

(*): Acquisition exclue

2. People ID

La baisse du revenu (-21,3%) n’a rien de surprenant car les ventes du premier semestre 2011 étaient marquées par des livraisons importantes de hardware (1500 kits biométriques). Le recul est d’ailleurs bien moins prononcé au niveau de la marge brute. Si les contrats   « Build and Operate » ont une nouvelle fois apporté une grande stabilité et une bonne prédictibilité en termes de revenus et de rentabilité, il a fallu attendre le deuxième trimestre pour enregistrer des revenus significatifs des contrats  « Build and Transfer ».

La production de cartes d’identité vierges en Israël, entamée en 2010, se poursuit. La phase de personnalisation des cartes devrait démarrer avant la fin de l’année. D’un point de vue technique, Zetes est prêt pour cette étape également.  

En Belgique, la production et la personnalisation des cartes d’identité électroniques se poursuit et plus de 50% des cartes ont déjà été remplacées une première fois.

En Côte d’Ivoire, l’émission de passeports et de visas électroniques et biométriques se déroule conformément aux attentes ; Zetes anticipe ici un second semestre en ligne avec le premier.

Au premier trimestre, Zetes a conclu un contrat de livraison de kits et de l’infrastructure pour l’identification des militaires au Tchad. Ce petit contrat entièrement réalisé au cours du premier semestre souligne la compétence de Zetes dans l’enrôlement biométrique de populations civiles ou de groupes particuliers tels que fonctionnaires ou militaires.

Au deuxième trimestre, Zetes a conclu avec les Nations Unies un contrat de livraison d’un système complet de consolidation et de dédoublonnement biométrique et de cartes d’électeur pour le compte de la Sierra Leone. Le premier volet, livraison du système biométrique et de la plupart des cartes, a été exécuté au premier semestre et le second volet se déroulera avant la fin de l’année. Zetes a également conclu avec la République du Togo un contrat d’assistance à la préparation du fichier électoral : remise à niveau des kits, livraison d’un nouveau software d’enrôlement des électeurs et dispositif provincial et central de centralisation des données. L’exécution de ce contrat a démarré au premier semestre mais la part la plus grande des revenus est attendue en second moitié d’année puisque le projet doit se terminer avant les élections. La maîtrise technologique, des méthodologies éprouvées, alliées à une excellente collaboration avec les Commissions électorales ou les Représentations locales des Nations Unies, restent les piliers d’une bonne exécution de ces contrats. Et celle-ci est le garant de la réputation de Zetes sur ce segment de marché.

La Division People ID continue de bénéficier d’une bonne diversification géographique et d’une répartition équilibrée entre contrats de long et de court terme.

3. Groupe

Après déduction des frais Corporate (1,5 million €), en baisse de 9,3%, l’EBITDA courant du Groupe s’affiche à 5,3 millions € en baisse de 3,7 millions par rapport à l’année précédente, ce qui correspond à 5,1% de marge EBITDA/Ventes (contre 8,7% au premier semestre de 2011).

Des charges non récurrentes sont comptabilisées pour un montant de 0,7 million €. Deux éléments essentiels composent ce poste : des frais de restructuration (région Centrale et Nord) et des frais externes liés à l’acquisition de la société InCaptio (cf ci-après).

Les amortissements sur immobilisations (2,4 millions €) sont en  ligne avec ceux du 1er  semestre 2011 (augmentation de 0,1 million). C’est en Goods ID que les amortissements sont en croissance, en ligne avec les investissements réalisés ces dernières années (ERP / Infrastructure). Les amortissements en People ID, qui sont proportionnels aux volumes de production des contrats « Build and Operate », sont eux en léger recul par rapport à 1H 2011. La reprise de réduction de valeur sur stocks (0,1 million €) reflète les efforts menés les années antérieures en matière d’achats et de gestion des stocks.  L’EBIT atteint 1,3 millions €, en baisse de 3,6 millions € par rapport au premier semestre 2011. Le démarrage lent résultant en une faible performance enregistrée en Goods ID se matérialise à plein au niveau du résultat opérationnel du Groupe.

Les charges financières nettes s’affichent à 0,2 million €, sous contrôle.

Le taux de taxation s’affiche à 35,3% pour un montant total d’impôt de 0,4 million €. Le taux d’impôt est élevé sur ce premier semestre. Il est la conséquence d’une concentration des résultats avant impôts sur les pays où les taux d’impôt réels des sociétés sont élevés, notamment suite à l’impact des dépenses non admises.

Le résultat net de la période (part Groupe) s’établit à 0,8 million €, en baisse de 2 millions € par rapport au premier semestre 2011.

(1) "Courant" signifie hors charges de restructuration et revenus/coûts non courants 
(2) Nombre moyen pondéré en circulation 
(3) Part Groupe 

Au 30 juin 2012, le nombre d'options en circulation est de 184,669. Dans la mesure où le cours moyen pondéré de l'action n'excède pas les prix d'exercice, les options émises ne sont pas prises en considération pour calculer l'effet de dilution. 

II. BILAN, INVESTISSEMENTS ET TABLEAU DE FINANCEMENT

Avec des fonds propres de 75,9 millions € sur un total de bilan de 155,6 millions €, le ratio de solvabilité (fonds propres / total de bilan) s’établit à 48,8% contre 47,9% à fin décembre 2011. Les composantes du besoin en fonds de roulement évoluent normalement, avec un BFR au 30 juin 2012 de 13 millions €.

La position nette de trésorerie (5,5 millions €) est en baisse par rapport à décembre 2011 (8,0 millions €) mais prend en compte le montant de près de 3,4 millions € retourné aux actionnaires sous la forme de dividende (2,9 millions €) et de rachat d’actions propres (0,5 million €). Elle résulte principalement d’une position de cash de 10,6 millions €, de liquidités données en garantie de 0,7 million € et de dettes bancaires et de leasing de (5,8) millions €.

Zetes a généré un cash flow des opérations de 4,9 millions € au cours du semestre écoulé, contre 7,6 au premier semestre 2011 ; il se décompose en un cash flow du compte de résultats de 3,3 millions € (contre 6,4 millions en 1H 2011), représentant une baisse de 3,1 millions €, et une amélioration du besoin en fond de roulement de 1,6 million € (contre une amélioration  de 1,2 million € en 1H 2011).

Zetes dispose de lignes de crédit pour le financement du besoin en fonds de roulement  et d’accords cadre avec ses banquiers pour le financement de contrats de long terme et d’acquisitions.

La Division People ID continue d’investir (0,7 million €) dans l’amélioration de ses infrastructures de production. Il s’agit d’investissements récurrents qui permettent à Zetes de se maintenir au meilleur niveau en matière de sécurité informatique, de qualité et de productivité.

Les investissements de la Division Goods ID (1,7 millions €) se concentrent sur l’infrastructure et la sécurité informatique, l’amélioration des systèmes ERP et l’acquisition d’actifs affectés au business model de « managed services ». En outre, des frais de développement ont été activés pour une valeur de 1,0 million €. Les développements activés sont relatifs à des produits software et des terminaux mobiles spécialisés, commercialisés par les sociétés du Groupe mais aussi via des canaux externes (fournisseurs de matériel auto-ID). Zetes travaille à une centralisation des développements réalisés par les services de Professional Services afin d’améliorer la productivité de ses équipes. Ces développements sont l’essence de la valeur ajoutée de Zetes et un différentiateur commercial critique.

III. ACQUISITIONS

A la fin du mois de juin 2012, Zetes a acquis 100% de la société Tchèque InCaptio s.a.r.l.o., spécialisée dans le Goods ID, pour un montant de 0,9 million €. Elle compte parmi les meilleures sociétés en auto-ID du marché tchèque, avec une équipe d’une quinzaine de personne et un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 2 millions €. Par cette acquisition, Zetes peut répondre aux exigences de ses clients multinationaux à la recherche d’un support sur les marchés tchèque et slovaque. Cette société est intégrée dans les comptes consolidés au 30/6/2012. Cette acquisition n’a pas eu d’influence sur le compte de résultats du premier semestre 2012 et a généré un goodwill additionnel de 0,4 million €, intégré dans le bilan au 30 juin 2012.

IV. PERSPECTIVES

Dans le Goods ID, l’évolution reste influencée par l’environnement économique difficile. Cependant, la prise de commande s’est améliorée au deuxième trimestre et continue à être satisfaisante au troisième. Un chantier d’amélioration des marges par standardisation des solutions et des méthodologies est entrepris dont on attend les résultats en termes de profitabilité à partir de 2013.

La mise à niveau et aux standards du Groupe de la nouvelle filiale en Afrique du Sud est en cours. Elle est absolument nécessaire pour assurer une croissance rentable du business en Afrique. L’amélioration des résultats est attendue à partir du quatrième trimestre.

En Goods ID, au vu de la prise de commande à ce jour, Zetes s’attend au second semestre à une nette amélioration de ses résultats par rapport à ceux du  premier pour atteindre des résultats de l’ordre de ceux enregistrés au second semestre 2011.  

Dans le People ID, la contribution des contrats « Build and Operate » sera complétée par une bonne contribution des contrats de court terme récemment signés, notamment avec les Nations Unies pour la Sierra Leone et  avec la République du Togo. Au second semestre, la composante services de ces contrats restera très importante, ce qui devrait se traduire par des marges élevées. Sur base des contrats déjà signés et à exécuter, le résultat attendu au second semestre devrait être légèrement inférieur au semestre équivalent de 2011. Le pipeline de projets tant « Build and Operate » (LT) que « Build and Transfer » (CT) reste bien fourni. Certains de ces projets, s’ils se signent dans un délai raisonnable, pourraient résulter en un complément de revenu et de résultat supplémentaire encore en 2012.

En conclusion, en Goods ID, le premier semestre a été marqué par un démarrage lent des investissements de nos clients, conséquence de la crise économique qui affecte l’Europe et ralentit la consommation. Le second semestre est attendu en progression et devrait se clôturer avec des résultats de l’ordre de ceux enregistrés au second semestre de 2011. A plus long terme, le chantier d’amélioration de la productivité par une plus grande standardisation des méthodologies et des solutions portera ses fruits à partir de 2013.

En People ID, la solidité du business model se confirme semestre après semestre. Si le niveau de revenus reste influencé par la composante hardware des contrats de court terme, la profitabilité s’affiche avec une stabilité de plus en plus marquée. Zetes est un des acteurs reconnus sur ce marché et les références accumulées lui permettent de continuer à se développer et de conquérir de nouveaux projets. En contrepartie, la Division se doit de continuer à investir dans des solutions software de pointe et en business development.

Sauf dégradation supplémentaire de l’environnement économique, le Groupe s’attend à réaliser un EBITDA courant de l’ordre de 9 millions € au second semestre.

Le Groupe continue à générer un cash flow important qui lui a permis de payer un dividende de 0,55 € par action au mois de juin. Au cours du semestre écoulé, Zetes a également racheté ses propres actions pour un montant de 0,5 million €. La Société poursuivra son programme de rachat dans les mois à venir. 

V. TRAVAUX DU COMMISSAIRE

Le commissaire a procédé à une revue limitée des informations financières intermédiaires de Zetes Industries pour le semestre clôturé au 30 juin 2012. Le texte du rapport du Commissaire à la suite d’un examen limité figure dans le pdf. 

VI. CALENDRIER

Résultats 2012 : 22 mars 2013
Rapport annuel 2012 : 29 avril 2013
Assemblée Générale Ordinaire : 29 mai 2013

- FIN -