Résultats Semestriels H1 2010

Zetes renoue avec la croissance : Une très bonne année 2010 attendue

Revenus du Groupe à 88,6 millions €, 
en croissance de 5,7% par rapport à H1 2009 
EBITDA courant à 6,1 millions €
(-14,4% par rapport à H1 2009)
Goods ID : Croissance des revenus et investissementsorganiques dans de nouvelles solutions 
Revenus à 70,8 millions € (+8,9% par rapport à H1 2009)
Marge brute à 42% des ventes
EBITDA courant à 4,2 millions € (-3,3% par rapport à H1 2009)
People ID : Très bonne rentabilité des contrats Build and Operate. Confirmation de la forte contribution des contrats Build and Transfer dès le second semestre 
Revenus à 17,8 millions € en recul de 5,2% par rapport à H1 2009en l’absence de revenus significatifs des contrats Build and Transfer
EBITDA courant à 3,3 millions € en recul de 19,3% par rapport à H1 2009

I. Compte de Résultats

Le revenu total du Groupe est à nouveau à la hausse, à +5,7% par rapport au premier semestre 2009. Si cette hausse se manifeste déjà dans le secteur du Goods ID, à +8,9% par rapport à H1 2009, elle ne se matérialisera en People ID qu’au terme de l’année 2010. Sur le premier semestre, le ralentissement du People ID s’élève à -5,2%. La marge brute consolidée s’affiche à 45% des ventes, en léger recul (-0,7 %) par rapport à l’année 2009, sous l’effet du renchérissement du dollar au cours du semestre et de son impact sur les achats.

L’EBITDA courant total s’affiche à 6,1 millions € en recul de 14,4% par rapport au premier semestre 2009 et de 7,3% par rapport au second. Cette baisse s’explique essentiellement par la baisse temporaire de la contribution du People ID (EBITDA en baisse de 0,8 million € par rapport au premier semestre 2009), notamment du fait des efforts très importants effectués en business development, et par l’impact à court terme des dernières acquisitions stratégiques réalisées en Goods ID (en particulier, contribution négative d’ImageID sur les 6 premiers mois de 2010).

Quant à l’EBIT courant (à 3,2 millions €), s’il est en recul de 26,8% par rapport à H1 2009, il reflète lui aussi la bonne tenue du Goods ID, à -1,9%, et le recul - temporaire - du People ID à -31,4%

Le résultat net du Groupe s’établit à 2,3 millions €, en baisse de 22,4% par rapport au premier semestre 2009. Cette baisse de régime devrait être plus que compensée par la performance attendue sur le second semestre 2010.

1. Goods ID

Sur le premier semestre 2010, le Groupe a constaté une reprise de l’activité dans de nombreux pays. Différents roll-out importants ont été réalisés, ce qui a soutenu les revenus. Ceux-ci auraient plus être plus élevés encore si certains fournisseurs d’équipements n’avaient pas connu de difficultés de livraison, difficultés liées à leurs approvisionnements en composants électroniques.

D’un point de vue sectoriel, ce sont les secteurs de la distribution et de la pharmacie qui soutiennent la croissance ; dans l’industrie pharmaceutique, le déploiement d’installations importantes a débuté au deuxième trimestre, essentiellement en traçabilité (marquage datamatrix pour médicaments) ; dans le secteur du Retail, Zetes a continué à fournir ses solutions d’optimisation de la supply chain, notamment des solutions vocales pour l’établissement des commandes en entrepôts.

Par ailleurs, Zetes continue de connaître une très bonne résistance de ses revenus de maintenance et de consommables (recurring business).

Ces différents éléments expliquent la progression de la marge brute en valeur absolue, qui s’élève à 29,8 millions €, à +1,6% par rapport au premier semestre 2009 ; la marge brute relative est cependant en légère baisse, ce qui s’explique par la reprise des roll-out importants qui se font traditionnellement avec une marge plus faible et par le renchérissement du dollar US.

La situation reste variable de région à région. Le Royaume Uni continue de connaître une croissance significative, renforcée ce semestre par l’évolution du cours de change de la livre contre l’euro (l’impact est évalué à 0,6% au niveau des ventes). L’Espagne, la Belgique et la Suisse sont également en progression tandis que les ventes restent stables dans les autres régions.

A la fin janvier 2010, Zetes a acquis 51% des actions de la société Netwave (Grèce) ; Zetes a d’ores et déjà conclu un contrat pour l’acquisition des 49% résiduels qui seront valorisés sur la base de la performance de l’entité jusqu’à 2013 ; Zetes a pris cette décision en dépit du risque que représentait cette acquisition dans le contexte macro-économique difficile que connaît la Grèce. La disponibilité d’une équipe compétente et l’importance de la base installée dans le secteur de l’AutoID en ont fait une décision stratégique. La contribution de Netwave à l’EBITDA est quasiment nulle sur le premier semestre 2010. Zetes s’attache aujourd’hui à former l’équipe locale à ses solutions et à renforcer les liens de Netwave avec ses clients et fournisseurs historiques.

L’intégration d’ImageID, qui offre des solutions de détection et de décryptage quasi instantané de centaines de codes à barres, et de Netwave augmente significativement les frais d’exploitation du Groupe ; à périmètre constant, les dépenses d’exploitation de la division Goods ID baissent de 1,6% environ et l’EBITDA est en progression de 6,8%, soit une croissance en ligne avec celle des ventes (+7.0%). La contribution négative d’ImageID était anticipée car l’adoption par les clients d’une nouvelle technologie doit s’envisager à moyen terme. Elle ne remet donc pas en cause les décisions stratégiques : Netwave apporte un accès à un marché géographique additionnel et ImageID permet au Groupe Zetes d’offrir une solution à très haute valeur ajoutée constituant un différenciateur réel par rapport à la concurrence.

A périmètre constant et en excluant les effets de change, on obtient les évolutions suivantes :

2. People ID

Le résultat de la Division People ID est presqu’entièrement attribuable à l’exécution de ses contrats Build and Operate.

En Belgique, le remplacement des cartes d’identité électroniques délivrées en 2005 a débuté et les volumes ont augmenté progressivement au cours du semestre. Ils sont complétés par la production des titres de séjour pour étrangers et par une forte demande pour la kids-ID.

D’autres contrats de longue durée (carte SIS, Mobistar) continuent également à générer des revenus récurrents significatifs.

Le roll out de la carte d’identité portugaise se poursuit et s’est même accéléré au cours du semestre écoulé. Les revenus associés sont essentiellement liés aux softwares livrés et porteurs d’une marge brute très élevée, expliquant pour partie la très bonne marge de la division.

La distribution des passeports électroniques en Côte d’Ivoire a trouvé son rythme de croisière et l’équipe ivoirienne contribue régulièrement au revenu et au cash flow du People ID. Par ailleurs, la Côte d’Ivoire a décidé de l’émission du visa biométrique dans toutes ses ambassades. Dans ce cadre, Zetes fournit les installations techniques (matériel et software) nécessaires pour l’enrôlement biométrique et biographique des candidats au visa. De nouvelles ambassades seront installées au second semestre.

En Israël, les procédures d’approbation des premiers exemplaires de cartes ont abouti à la fin du semestre et la production de cartes vierges va démarrer au troisième trimestre. La contribution de la carte d’identité israélienne au premier semestre est donc nulle mais cela ne remet pas en cause l’objectif de production de 1,6 million de cartes vierges en 2010. La contribution de ce contrat au résultat sera donc concentrée sur le second semestre.

En juin 2010, Zetes a conclu avec l’Etat congolais (RDC) un contrat portant sur la livraison de 9.500 kits d’enrôlement biométrique en vue des élections et sur la formation et l’assistance technique pendant la période de constitution des fichiers électoraux. Ce contrat représente une valeur d’environ 30 millions $ et sera exécuté en majeure partie en 2010. Bien que les ressources consacrées au « business development » pour les contrats de type « Build and Transfer » aient été très élevées, la contribution au revenu de ce type de contrat a été très faible, inférieure à 10% du revenu de la division sur le premier semestre. Aucun revenu lié au contrat de la République démocratique du Congo n’est d’ailleurs reconnu au premier semestre ; la majeure partie le sera au second.

En dépit de cette faible contribution, la division a été capable de générer un EBITDA de 3,3 millions €, soit un ratio d’EBITDA/ventes de 18,7%.

3. Groupe

La structure du corporate est restée inchangée ; l’augmentation des frais opérationnels, limitée à 4,4% par rapport au premier semestre 2009, s’explique essentiellement par l’augmentation des déplacements à l’étranger qui sont intervenus sur H1 2010. Le corporate exerce une responsabilité en terme de stratégie, de contrôle et d’acquisition. En matière d’acquisition, une seule opération s’est conclue avec la reprise de la société Netwave en Grèce (janvier 2010). Cette acquisition est décrite plus largement par ailleurs.

L’EBITDA courant du Groupe s’affiche à 6,1 millions €, ce qui correspond à 6,8% de marge EBITDA/Ventes (contre 8,4% au premier semestre de 2009).

Des charges non récurrentes sont comptabilisées pour un montant net de 0,2 million €. Deux éléments essentiels composent ce poste : des frais de restructuration et des frais externes liés à l’acquisition de la société Netwave. Les frais de restructuration sont liés au regroupement sur un seul site des activités de la filiale française. En ce qui concerne l’acquisition de Netwave, les frais externes liés à l’acquisition ont été pris en charge, conformément à la norme IFRS 3 R applicable depuis le premier janvier 2010.

Les amortissements sur immobilisations restent en ligne avec ceux comptabilisés au cours des semestres précédents (1,8 million €). Les réductions de valeur sur stock restent limitées, tout comme les provisions pour clients douteux.

L’EBIT atteint 3,1 millions € sur le premier semestre 2010, ce qui représente une diminution de 26,7% par rapport au premier semestre 2009.

Les charges financières nettes sont inférieures à 0,4 million € et le taux de taxation s’affiche à 13,2% pour un montant total d’impôt de 0,4 million €. La baisse du taux est liée à la reconnaissance d’un actif d’impôt différé de 0,3 million €. Hors élément non courant, le taux d’imposition normalisé du Groupe s’établit entre 23 et 27%. Le résultat net s’affiche à 2,3 millions € contre 3,0 millions € un an plus tôt.

En conclusion, si un ralentissement est observable au cours du premier semestre 2010, celui-ci peut être qualifié de temporaire et le Groupe est confiant que la performance du second semestre fera plus que compenser la performance plus faible du premier semestre.

earnings-per-share-FRAu 30 juin 2010, le nombre d’options en circulation est de 184,669. Dans la mesure où le cours moyen pondéré de l’action n’excède pas les prix d’exercice, les options émises ne sont pas prises en considération pour calculer l’effet de dilution.

II. BILAN, INVESTISSEMENTS ET TABLEAU DE FINANCEMENT

Les actifs et passifs courants du bilan connaissent une évolution importante par rapport à la fin décembre 2009. Cela s’explique notamment par la préparation du contrat, conclu en juin 2010, pour la livraison de 9.500 kits biométriques à la République Démocratique du Congo. Si le projet ne génère pas de revenu au premier semestre, sa préparation a un impact momentané important au niveau du besoin en fonds de roulement, que ce soit au niveau des stocks, des créances, des prépaiements (actifs et passifs) et des dettes fournisseurs. La situation bilantaire très saine de Zetes lui permet d’exécuter des projets de très grande ampleur, qui peuvent déstabiliser provisoirement les équilibres bilantaires, tout en conservant la confiance de tous ses partenaires.

Avec des fonds propres de 70,6 millions € sur un total de bilan de 155,3 millions €, le ratio de solvabilité (fonds propres / total de bilan) est en baisse ; il reste cependant au niveau élevé de 45,5%. La position de net cash (6,0 millions €) est également en baisse. Celle-ci s’explique non seulement par l’évolution momentanément défavorable du besoin en fonds de roulement mais aussi par l’acquisition de la société Netwave ; l’impact de celle-ci sur la position nette de trésorerie se chiffre à 2,3 millions € (impact négatif à l’entrée dans le périmètre).

Hors évolution du besoin en fonds de roulement, l’activité dégage un cash flow de 4,2 millions €, en recul limité par rapport au premier semestre 2009 (5,4 millions €). L’évolution du besoin en fonds de roulement (dégradation de 2,7 millions €) est peu pertinente du fait de la préparation du contrat des kits biométriques.

Différentes filiales du Groupe ont réalisé des investissements importants (3,5 millions € sur le premier semestre, hors acquisitions) ; les investissements en People ID représentent 1,3 million € (soit 36,6% du total) et ceux en Goods ID 2,2 millions € (63,4%). En People ID, ce sont essentiellement des investissements dans des équipements de production (1,2 million €) qui ont été réalisés en Belgique et en Israël. Les investissements dans la nouvelle infrastructure de production et de personnalisation de cartes d’identité électroniques en Israël sont aujourd’hui quasi terminés. En Goods ID, les investissements se répartissent entre des investissements incorporels (développements / ERP / sites web : 1,3 million €) et les investissements corporels (bâtiments et équipements : 0,9 million €).

Au cours du semestre écoulé, la société a reversé à ses actionnaires un montant de 2,4 millions € sous la forme de dividendes (1,9 million €) et de rachat d’actions propres (0,5 million €).

La position de trésorerie nette de la société s’établit à fin juin 2010 à 6,0 millions € (trésorerie nette CT : 8,4 millions €). Elle résulte principalement d’une position de cash à l’actif de 12,2 millions €, de liquidités données en garantie de 0,4 million € et de dettes bancaires et de leasing de (6,6) millions €.

Le Groupe dispose en outre de lignes de crédit qui pourront être utilisée dans le cadre de l’évolution du besoin en fonds de roulement

III. ACQUISITIONS

Comme prévu en fin d’année dernière, la prise de participation dans Netwave en Grèce s’est déroulée au premier trimestre. En dépit de conditions économiques difficiles, les premières démarches de mise à niveau et d’intégration dans le Groupe, et plus particulièrement dans la région Sud, ont été menées. Cette acquisition a déjà fait l’objet d’un reporting spécifique en tant qu’évènement postérieur à la clôture dans le rapport annuel 2009.

Sur le premier semestre 2010, la contribution à l’EBITDA de cette nouvelle filiale est légèrement positive. Elle devrait cependant se renforcer au second semestre sous l’impulsion d’une augmentation des ventes, et surtout d’une amélioration de la marge brute comme suite à la politique de vente de solutions.

Les dossiers d’acquisition examinés au cours du semestre écoulé ne remplissaient pas les critères fixés pour pouvoir les conclure. En effet, le Groupe souhaite intégrer de nouvelles sociétés si elles contribuent à l’expansion géographique dans une zone peu couverte ou si elles possèdent des propriétés technologique ou intellectuelles qui permettent au Groupe de se différencier de la concurrence. De surcroît, les acquisitions doivent pouvoir se faire à un prix qui laisse de la marge à la création de valeur pour Zetes à l’avenir. Les attentes des actionnaires vendeurs restent souvent en phase avec des valorisations d’avant la crise.

Cette pause momentanée ne change en rien l’ambition de Zetes de poursuivre sa politique de croissance par acquisition.

IV. PERSPECTIVES

Dans le Goods ID, les perspectives redeviennent favorables ; la croissance du revenu se confirme clairement au niveau du Groupe et ce, même si la tendance n’est pas encore solide dans toutes les zones géographiques. Les objectifs de la division pour l’année 2010 restent de dépasser la performance en revenus et en EBITDA réalisée en 2009. Le léger retard constaté en EBITDA sur le premier semestre 2010 devrait être facilement compensé. Et si la croissance intervient majoritairement par des roll-out hardware, assortis d’une marge plus faible, Zetes sait se différencier de ses concurrents en apportant une valeur ajoutée importante, que celle-ci ait été acquise ou développée en interne. Le Groupe est confiant dans sa stratégie qui vise à fournir un contenu propre aux solutions proposées.

Dans le People ID, le Groupe s’attend à enregistrer une année 2010 sans précédent : sur le second semestre, la contribution des contrats Build and Operate va encore se renforcer notamment grâce à la mise en route de la production en Israël. Dans le même temps, plusieurs projets Build and Transfer seront en exécution, dont celui des kits d’enrôlement biométriques pour le Congo. Zetes s’attend à ce que la livraison des kits soit comptabilisée sur l’année 2010 et que les services de formation et de maintenance soient répartis sur les années 2010 et 2011 au prorata du déroulement des opérations.

Dans le cadre des contrats Build and Operate, Zetes a remporté l’appel d’offre du passeport des animaux domestiques (Belgique). Ce contrat d’une durée de 6 ans représente un revenu d’environ 6 millions € répartis uniformément sur la durée du contrat.

En conclusion, tant en Goods qu’en People ID, la deuxième moitié de l’année s’annonce en forte progression.

Dès lors Zetes vise un revenu pour l’année de 2010 de 190 millions € et un EBITDA courant de 17 millions €, soit une performance globale supérieure aux performances les plus élevées jamais enregistrées par le Groupe.

Les équilibres bilantaires devraient être restaurés au second semestre et le Groupe s’attend à une augmentation très significative de sa position de liquidité. Une partie de celle-ci sera allouée au rachat de titres, Zetes considérant que les niveaux actuels constituent une opportunité pour la société et ses actionnaires.

V. TRAVAUX DU COMMISSAIRE

Le commissaire a procédé à une revue limitée des informations financières intermédiaires de Zetes Industries pour le semestre clôturé au 30 juin 2010. Le texte du rapport du Commissaire à la suite d’un examen limité figure ci-après.

VI. CALENDRIER

Résultats 2010 : mardi 22 mars 2011

Assemblée Générale Ordinaire : le 25 mai 2011