Résultats Annuels 2009 - Communiqué réglementé

Performance 2009 solide :  très bonne prestation du People ID et le Goods ID plus fort pour profiter de la reprise

Malgré un repli des ventes lié à la crise économique, Zetes maintient le cap d’une bonne rentabilité à 13,6 millions € d’EBITDA courant (8,1% REBITDA /ventes) et 5,7 millions € de résultat net courant et génère un cash flow des opérations de 14,7 millions €, soit le double de 2008.

Fort de ces chiffres, Zetes proposera à l’Assemblée un dividende de 0,36 € par action, identique à 2007 et 2008.

Groupe : une prestation solide

Revenus du Groupe à 167.5 millions € (-5,7%),
Marge brute à 76,5 millions €, en léger recul par rapport à 2008 (-1.2%)
EBITDA courant à 13,6 millions € en recul de 10,6%
Résultat net courant 2009 à 5,7 millions €
Résultat net 2009 à 5,1 millions €, en recul limité de 0,9 million € (-14.5%)

Goods ID : ralentissement des ventes compensé par une augmentation de la marge
Revenus à 131,6 millions € (-11,2% par rapport à 2008)
Marge brute en augmentation de 1,3 point, à 44% des ventes
EBITDA courant à 9,9 millions € (-31,2% par rapport à 2008)

People ID : croissance excellente du revenu et de la profitabilité
Revenus à 35,8 millions € en croissance de 22,1% par rapport à 2008
EBITDA courant à 6,4 millions € en croissance de 70,4% par rapport à 2008

I. Compte de résultats

Zetes résiste remarquablement à la crise grâce notamment à la diversification de ses activités entre Goods et People ID et  à la diversité de sa clientèle en Goods ID. Le revenu total  s’est contracté de 5,7% par rapport à l’année 2008 et  la marge brute relative continue de se renforcer, passant de 43,6% sur l’année 2008 à 45.7% sur l’année 2009. Cette progression permet de compenser en grande partie le recul du Chiffre d’affaires puisque la baisse totale de la marge brute est limitée à 1,2%. Cette performance est le résultat de la combinaison de trois facteurs :

  • le déploiement de solutions à haute valeur ajoutée (Goods ID)
  • un bon niveau d’activité en maintenance et  support (Goods ID)
  • la plus forte pondération de l’activité People ID dans le revenu total du groupe.

Le recul des ventes ne pèse dès lors pas trop lourdement sur les indicateurs de rentabilité. L’EBITDA courant s’affiche à 13,6 millions €, en recul de 10,6% par rapport à 2008, et l’EBIT à 7,4 millions €, en recul de 13,3%.

Le résultat net du Groupe s’établit à 5,1 millions €, soit un résultat net en recul limité de 0,9 million € par rapport à 2008.

1. Goods ID

La crise économique aura  pesé toute l’année 2009 sur les budgets alloués par les entreprises aux investissements. Zetes a combattu le ralentissement de nombreux projets en  proposant des solutions à plus forte composante software  permettant de maintenir un bon niveau de marge brute ; les équipes de professional services ont connu un fort taux d’occupation, très similaire aux niveaux d’avant la crise, et l’activité en maintenance, support et fourniture de consommables est restée stable.

D’un point de vue sectoriel, le secteur Retail, soutenu par la consommation privée, a continué d’investir dans l’optimisation de la supply chain afin de générer gains de productivité et de qualité.

Les clients actifs dans le transport et la production industrielle ont été les plus touchés par le ralentissement économique. Dans ce dernier secteur, les investissements des clients se sont essentiellement concentrés sur le respect des obligations réglementaires en matière de traçabilité (pharmacie, produits alimentaires).  Le rachat de l’activité Print & Apply  de Bopack Systems en début d’année 2009 correspondait au souhait de Zetes de se renforcer dans ce marché spécifique. D’une manière plus générale, si la demande pour des solutions à haute composante software est restée élevée, cela n’a pas été le cas pour les gros déploiements hardware, en particulier dans les grands pays tels que l’Allemagne, la France,… . C’est essentiellement le manque de  ces déploiements qui explique la baisse de Chiffre d’affaires.

La marge brute a été moins affectée que les ventes du fait que ces déploiements hardware sont traditionnellement réalisés avec une marge brute beaucoup plus faible que la moyenne de la division.

Quasiment stable en valeur absolue par rapport à 2008, la marge brute en pourcentage des ventes est, une fois de plus, en progression ; alors qu’elle s’élevait à 37,8% des ventes en 2005, elle s’élève aujourd’hui à 45,7% des ventes. Cette progression amortit significativement l’impact de la baisse du revenu.

Cette évolution ne relève pas du hasard mais d’une stratégie mise en place depuis 5 ans orientée vers le développement interne de solutions software apportant une réponse adéquate aux besoins des clients. En complément, Zetes s’est focalisé en 2009 sur l’acquisition d’entités propriétaires de technologies et de know-how uniques : 

  • L’activité d’ impression et de dépose d’étiquettes (Print & Apply) de Bopack Systems  qui permet d’adresser le marché de l’étiquetage des produits à l’unité, de plus en plus exigé par les nouvelles réglementations des secteurs pharmaceutique et agroalimentaire. C’est à la fin janvier 2009 que Zetes a repris l‘activité « Print & Apply » de Bopack, en Belgique et aux Pays-Bas. Zetes a pris cette décision en dépit du risque que représentait cette reprise réalisée dans un contexte économique difficile et malgré un carnet de commande quasi inexistant. Le pari est gagné puisque cette activité aura dès cette année contribué positivement à l’EBITDA du Groupe, notamment grâce au soutien du réseau commercial des filiales belge, hollandaise et française. Par contre, cette reprise se fait particulièrement sentir au niveau des OPEX du Groupe: reprise de 35 personnes en Belgique et aux Pays-Bas, soit environ 5% de la masse salariale du Goods ID. Hors reprise, les charges d’exploitation de la division Goods ID auraient baissé de 7% environ.
  • La technologie Image ID permettant la saisie instantanée de centaines de code-barres. Zetes considère que les solutions d’ImageID (suivi et traçabilité de gros volumes de produits) recèlent un fort potentiel dans la chaîne logistique. La capacité de Zetes à commercialiser de nouvelles solutions par le canal de ses filiales, présentes dans 13 pays, constitue un avantage compétitif important que la société renforce régulièrement. En intégrant ces nouvelles solutions dans son portefeuille, Zetes augmente significativement sa valeur ajoutée auprès des clients.

Croissance organique et effets de change

La marche des affaires est variable de pays à pays. Comme indiqué à la fin du premier semestre, le Royaume-Uni continue de connaître une croissance significative. Et ce, même si l’impact de cette reprise est partiellement masqué par l’évolution du cours de change de la livre contre l’euro (à taux de change constant, l’impact sur les ventes de la division est de l’ordre de 2,3%). A l’inverse, l’Allemagne a fortement ralenti, ce qui a imposé une restructuration. D’une manière générale, Zetes reste attentive à l’adéquation entre le potentiel du marché et son niveau de charges d’exploitation.

Ainsi qu’indiqué ci-avant, l’impact de la baisse du GBP contre l’euro est de l’ordre de 2.3% des ventes. Le taux moyen pris en considération pour 2009 est de 1.12 contre 1.26 en 2008. Ainsi qu’indiqué ci avant,  les acquisitions réalisées en 2009 ont ciblé des technologies plutôt que une couverture de géographique. L’impact de ces acquisitions sur le compte de résultats 2009 est limité puisqu’à périmètre constant et en excluant les effets de change, on obtient les évolutions suivantes :

En conclusion, l’activité Goods ID a montré une solide résistance à la crise de 2009. Au cours de l’année, Zetes aura une fois de plus amélioré sa position concurrentielle ; il a acquis des technologies qui renforcent considérablement son portefeuille de solutions et a su gagner des parts de marché dans les différents pays où il est présent.

Enfin, au début 2010, la société a acquis 51% de la société Netwave (Athène, Grèce). L’objectif est d’avoir une couverture géographique additionnelle. Le business modèle retenu par Zetes est de permettre à sa nouvelle filiale d’offrir au plus vite les différentes solutions du Groupe et de profiter  des synergies existantes sur les grands comptes internationaux.

2. People ID

La Division People ID a réalisé une année 2009 de très bonne facture.

Contrats de long terme « Build and Operate »

Ces contrats ont contribué à la bonne performance globale de la division et ce, malgré un ralentissement temporaire au second semestre qui s’explique essentiellement par  la fin du premier déploiement des cartes d’identité électronique en Belgique. Aujourd’hui, les citoyens belges sont tous munis d’une carte électronique. Le projet de l’eID entre donc dans une phase de remplacement ; en 2010, les citoyens qui ont reçu leur carte (assortie d’une validité de 5 ans) en 2005 seront effectivement invités à la remplacer. En 2009, la distribution des titres de séjour pour étrangers s’est poursuivie et la carte pour enfants (kids-ID) s’est généralisée ; à la fin 2009, plus de 190.000 kids-ID cards ont ainsi été fournies. Au Portugal, la distribution des cartes d’identité électroniques est en cours à un rythme légèrement inférieur aux attentes. En Côte d’Ivoire, l’enrôlement biométrique des citoyens ivoiriens et la personnalisation de leurs passeports s’est poursuivie ; la production s’effectue maintenant à son rythme de croisière. Au cours du second semestre 2009, Zetes a mis en place des solutions d’émissions de passeports diplomatiques et de visa biométriques dans les ambassades ivoiriennes. Enfin, en Israel, l’unité de production est aujourd’hui quasiment opérationnelle. La production des premières cartes vierges est attendue au cours du premier semestre 2010.

Contrats de type « Build and Transfer »

La division People ID a exécuté plusieurs contrats de type Build and Transfer : solution d’enrôlement pour les élections au Togo, enrôlement des fonctionnaires au Burundi, mise en place d’une infrastructure de carte d’identité sociale au Gabon et début de la mission de mise à jour du fichier électoral au Congo (RDC). Tous ces contrats sont le fruit d’un travail intensif de business development. Ces efforts, consentis en 2008 et qui ont conduit à une très forte performance au premier semestre 2009, avaient alors pénalisé la performance de la division et réduit la rentabilité EBITDA/Sales.

Sur 2009, les revenus de la division s’élèvent à 35,8 millions €, en hausse de 22,1 % par rapport à 2008. L’EBITDA courant atteint 6,4 millions €, en hausse de 70,4 %.

L’environnement économique n’impacte pas vraiment l’activité du People ID, ce qui contribue à équilibrer les résultats du Groupe.

Zetes vise à accumuler les contrats Build and Operate pour augmenter sa visibilité et la prédictibilité de ses revenus. En 2009, ce sont les contrats Build and Transfer qui ont supporté la croissance de la division ; ces contrats sont le résultat des efforts importants consentis en business development depuis plusieurs années.

3. Groupe

Zetes a appliqué aux frais de  Corporate (2,7 millions €) une politique de contrôle strict, qui se traduit par une diminution par rapport à  2008 (-6,9 %). La fonction corporate a pour objectifs essentiels mais limités de définir la stratégie, de contrôler les divisions et filiales et de piloter la politique d’expansion par acquisition.

En la matière, bien que l’activité ait été intense, les acquisitions finalisées se limitent à la reprise de l’activité Print & Apply de Bopack Systems, à l’acquisition de l’activité d’ImageID (solutions de suivi et de traçabilité de volumes importants de produits) et, début 2010, à l’acquisition de la société Netwave. Les autres opérations envisagées n’ont pu aboutir, soit parce que l’incertitude sur l’avenir des cibles était trop élevée, soit parce que l’activité de la cible présentait des risques d’intégration avec l’activité de Zetes, soit encore parce que les conditions financières et de prix n’étaient pas réunies.

L’EBITDA courant du Groupe s’affiche à 13,6 millions €, ce qui correspond à 8,1% de marge EBITDA/Ventes contre 8,6% en 2008.

Des charges non récurrentes sont comptabilisées pour un montant net de 0,7 million € et sont essentiellement liées à des restructurations. C’est surtout  en Allemagne que  Zetes a décidé de réorganiser ses opérations pour mieux répondre aux besoins d’une économie fortement influencée par la crise. D’autres restructurations limitées ont eu lieu en Irlande et en France.

Les amortissements sur immobilisations s’élèvent à 3,5 millions € et sont en ligne avec ceux comptabilisés en 2008 (3,4 millions €). Par contre, les dépréciations sur stock (0,67 millions €) diminuent grâce à une gestion plus active des stocks, qui a été mise en place depuis plusieurs années et qui porte ses fruits.

L’EBIT atteint 7,4 millions € sur l’année 2009, ce qui représente une diminution de 13,3% par rapport à 2008.

Les charges financières nettes s’élèvent à 0,78 million €, notamment du fait d’un résultat de change négatif (-0.35 million €).

Le taux de taxation s’affiche à 23,3% pour un montant total de 1,56 million €, dont 0,47 million € non cash. Le résultat net s’affiche à 5,1 millions €, en baisse limitée par rapport à 2008 (-0,9 million € ou -14,5%).

II. BILAN, INVESTISSEMENTS ET TABLEAU DE FINANCEMENT

Avec des fonds propres de 70,3 millions € sur un total de bilan de 131,0 millions €, le ratio de solvabilité atteint le niveau très élevé de 53,7%. La saine gestion bilantaire permet d’afficher des ratios de solvabilité et de liquidité impressionnants. La position de net cash s’améliore à +13,0 millions €, ce qui renforce la position du Groupe Zetes, lui permettant de poursuivre ses efforts de développement organique et de croissance externe. Zetes reste résolument à l’affut des opportunités de nouveaux marchés, de nouvelles technologies et de nouveaux territoires.

L’activité a dégagé un cash flow de 14,7 millions €, qui se décompose en 10,85 millions € pour le compte de résultats et 3,8 millions € pour le besoin en fonds de roulement .  Cette diminution du besoin en fonds de roulement est essentiellement imputable à la réduction des créances clients.

Les investissements du Goods ID atteignent 1 million €, ce qui est en dessous de la politique du Groupe (1% du chiffre d’affaires de cette division) et résulte de l’absence de croissance des revenus. Les investissements en People ID s’élèvent à 3,25 millions € et sont essentiellement relatifs à l’investissement dans une nouvelle infrastructure de production et de personnalisation de cartes d’identité électroniques en Israël (1,6 million €) ainsi qu’à des investissements dans l’outil de production belge afin d’augmenter la capacité de production en perspective des prochaines années (1,4 million €).

En 2009, les  acquisitions ont été réalisées sur fonds propres (Bopack Systems, ImageID). Face au coût associé à l’endettement, Zetes privilégiera à l’avenir le recours au financement propre. La société veillera cependant à maintenir des liquidités disponibles pour lui permettre de répondre à des opportunités, notamment d’acquisitions, qui ne manqueront pas de se présenter.

Au cours du semestre écoulé, la société a reversé à ses actionnaires un montant de 2,4 millions € sous la forme de dividendes (1,9 million €) et de rachat d’actions propres ( 0,5 million €).

Une fois de plus, le Groupe démontre sa capacité à dégager des cash flows importants ; une partie significative en est consacrée au développement et à l’expansion de l’entreprise et une autre au service du dividende et au rachat opportuniste d’actions. Le solde est conservé en l’attente d’opportunités d’acquisitions, ainsi qu’évoqué ci-avant.

La position de net cash (CT) de la société s’établit à fin décembre 2009 à 15,7 millions €. Elle résulte principalement d’une position de cash à l’actif de 18,1 millions € diminuée des dettes bancaires à court terme de 2,4 millions €.

III. ACQUISITIONS

Au cours de l’année 2009, la société a examiné différents dossiers. Ainsi qu’indiqué ci-avant (cf information sectorielle - Goods ID), seules les reprises de l’activité Print & Apply de Bopack Systems et de l’activité d’ImageID ont pu se faire à des conditions acceptables pour le Groupe et ses actionnaires. Au début 2010, Zetes a également pris une participation de 51% dans la société Netwave (Athène, Grèce) ; l’acquisition des parts minoritaires (49%) est prévue au terme d’une période de 3 ans, sur la base de la performance réalisée jusqu’en 2013.

Lors des acquisitions, Zetes est attentive aux efforts d’intégration qui seront requis, que ce soit pour permettre de redémarrer les ventes ou pour convaincre ses employés de l’intérêt d’une nouvelle technologie. Dans cette perspective, Zetes veille à impliquer ses meilleures ressources disponibles dans les acquisitions réalisées tant dans la phase d’évaluation (IP disponible, qualité des solutions, qualité des équipes) que dans la phase d’achat (due diligence, négociation, financement). Zetes est particulièrement attentive à ce que la société acquise puisse s’inscrire aussi vite que possible dans la ligne stratégique du Groupe … et ainsi contribuer au résultat.

D’autres dossiers sont encore à l’examen. Zetes continue cependant à privilégier des cibles qui trouveront leur place dans la stratégie et l’organisation du Groupe et ce, à un prix qui permette de créer de la valeur post acquisition.

IV. PERSPECTIVES

Bien que l’activité économique ne soit pas encore normalisée,  beaucoup de sociétés recommencent à penser à investir. Progressivement, des projets de plus grande ampleur reviennent à la surface ; ils  ont souvent trait à l’augmentation de la productivité de la supply chain et au respect de nouvelles contraintes réglementaires dans l’industrie agroalimentaire et surtout pharmaceutique.

La division Goods ID a prouvé la pertinence de son modèle économique basé sur une composante services importante et sur une base stable de recurring business. En effet, dans toutes les filiales, la plus forte décroissance s’est faite sentir dans la vente de hardware, assortie d’une marge plus faible, alors que la vente de software et de services se maintient, voire progresse dans de nombreux pays.

Cette stratégie de solutions à valeur ajoutée mise en place prioritairement pour des besoins de différenciation porte ses fruits en période de ralentissement économique.

Même si la prise de commande n’est pas revenue à ses niveaux d’avant la crise, la division a prouvé sa capacité à maintenir un bon niveau de marge avec un niveau de revenu moindre. Si le regain de confiance se confirme, Zetes profitera pleinement de la reprise grâce à sa relation suivie avec ses clients et à un portefeuille de solutions de plus en plus étoffé permettant de répondre aux problématiques rencontrées par ceux-ci.

Le réseau européen qui permet d’offrir une même qualité de service dans tous les pays est définitivement un avantage reconnu par les clients. Il constitue également une plate-forme qui permet de générer des économies d’échelles en matière de R&D.

Dans le People ID, la plupart des contrats sont des projets de long terme financés par des Etats (ou leur citoyens) ou par des organismes supranationaux. En 2010, tous les contrats de type Build and Operate vont générer des revenus et contribuer au résultat (Carte d’identité et de santé belges, carte d’identité au Portugal, passeport ivoirien, carte d’identité en Israël).

Les efforts de business development restent très élevés car les cycles de vente et de décision sont extrêmement longs et souvent difficilement prédictibles.

Mais de nombreux projets de court et de long terme sont en phase d’appel d’offre, tant en Europe qu’en Afrique, et nécessitent la mobilisation de ressources pour formuler une réponse adéquate et attractive.

C’est en continuant à multiplier les cycles de vente que la division People ID veut continuer à gérer la difficulté de prédictibilité de ce marché.

En conclusion, la société s’attend en 2010 à une amélioration de ses résultats par rapport à l’année 2009.

V. RISQUES ET INCERTITUDES

Investir dans l’action Zetes comporte des risques. Ils ont été décrits dans le rapport annuel 2008 et restent d’actualité.

VI. DIVIDENDE

Le Conseil d’Administration proposera à l’Assemblée Générale Ordinaire de verser un dividende brut ordinaire par action de 0,36 €.

VII. ETABLISSEMENT DES COMPTES

Les états financiers présentés ci-après constituent un résumé du rapport annuel qui sera disponible le 23 avril 2010. Ils sont établis en euro et en conformité avec les normes IFRS adoptées par l’Union européenne.

VIII. TRAVAUX DU COMMISSAIRE

L’audit des comptes annuels est en cours. Le Commissaire a confirmé que ses travaux de révision, qui sont terminés quant au fond, n’ont pas révélé de correction significative qui devrait être apportée aux informations comptables reprises dans le communiqué de presse.

IX. CALENDRIER

Assemblée Générale Ordinaire : le 26 mai 2010