RESULTATS ANNUELS 2016

Rentabilité élevée dans les deux divisions

 

EBITDA courant du Groupe à 26,5 millions € soutenu par la performance record de la division Goods ID

Résultat net de 11,5 millions €, en hausse de 6,9% par rapport à 2015


Goods ID : Revenu stable et nouvelle amélioration de la rentabilité  

Revenus à 205,0 millions € soutenus par un second semestre en forte croissance

EBITDA courant à 15,9 millions €

(+8,7% par rapport à 2015)


People ID : rôle clé des contrats de long terme à haute valeur ajoutée

Revenus à 48,4 millions €

(-10,3% par rapport à 2015)

EBITDA courant à 14,2 millions €

(-8,4% par rapport à 2015)


Communiqué au format PDF et annexes

Après une année 2015 qui avait affiché une croissance importante des ventes, liée notamment à un projet important dans la Division Goods ID, le challenge pour 2016 était de pouvoir répéter la performance de 2015 sans compter sur un contrat majeur identique. Finalement, les ventes s’affichent à 253,4 millions €, en recul de seulement 1,9%, et l’EBITDA courant se stabilise au niveau de 26,5 millions € (26,7 millions € en 2015).

Ce recul des ventes est lié à la diminution du chiffre d’affaires de la Division People ID (-10,3%), soutenu par les seuls contrats de long terme, tandis que le chiffre d’affaires de la Division Goods ID est stable (+0,4% par rapport à 2015), malgré l’impact négatif des taux de change.

La marge brute totale s’établit à un niveau proche du record de 2015, à 114,8 millions € (-0.6% par rapport à 2015). En relatif, elle s’affiche à 45,3% des ventes, en croissance par rapport à 2015 (44,8%), essentiellement sous l’influence du product mix de la Division People ID et de l’amélioration constante des marges en Goods ID.

L’EBITDA courant du Groupe s’affiche à 26,5 millions €, stable par rapport à 2015, grâce à une bonne performance des deux divisions : 15,9 millions € dans le Goods ID (+8,7%) et 14,2 millions € dans le People ID (-8,4%).

La Division Goods ID a réussi la performance de maintenir ses ventes au niveau de 2015 sans contrat majeur équivalent à celui exécuté au premier semestre 2015. La Division bénéficie de la stratégie commerciale mise en place en 2012 et axée sur les 6 solutions clés, en particulier dans les secteurs du retail, des services postaux et du transport. La solution de sérialisation (ZetesAtlas) déployée dans les unités de production est également en forte croissance même si l’impact sur le revenu de la Division reste actuellement plus limité.

En People ID, les ventes sont en baisse de 10,3% par rapport à 2015. Cette évolution est liée à la diminution des contrats de court terme. Les efforts de business development sont restés importants mais n’ont pu se traduire par des revenus en 2016. L’exécution des différents contrats de long terme a permis à la division de maintenir une bonne rentabilité, avec un EBITDA courant de 14,2 millions € (-8,4% par rapport à 2015).

Les charges non courantes sont en hausse, essentiellement à la suite de la transaction - en cours - de rachat de Zetes Industries SA par Panasonic. Les frais 2016 liés à cette opération s’élèvent à 0,5 million €.

  1. Courant" signifie hors charges de restructurations et autres éléments non courants (badwill/ Autres)
  2. Part du Groupe

 

Les provisions, dépréciations, amortissements et pertes de valeur sont en baisse, à 8,9 millions €.

Les charges financières sont en baisse sensible, alors que les produits financiers sont stables. Les pertes de change s’élèvent à 1,0 million € en 2016, contre 1,4 million en 2015. Conséquemment, le résultat financier net de l’année  est en légère amélioration par rapport à 2015 : -0,5 million € contre -0,8 million. Ce niveau relativement bas est lié à la fois à l’environnement macro-économique, avec des taux d’intérêts peu élevés, et la bonne solvabilité du Groupe (trésorerie nette positive). Enfin, les impôts s’établissent à 4,9 millions €, soit 29,8% du résultat avant impôts.  Ce taux est en ligne avec le taux applicable en Belgique, le centre des opérations du Groupe.

Le résultat net s’affiche à 11,5 millions €, en croissance de 6,9% par rapport à 2015.  

Analyse semestrielle

Le second semestre confirme la bonne performance du premier semestre avec un chiffre d’affaires et un EBITDA en croissance; la saisonnalité des ventes est plus marquée qu’en 2015, en ligne avec la tendance historique observée dans la division Goods ID.

L’évolution par division est commentée ci-après.

1.- Goods ID

Pour la quatrième année consécutive, la Division Goods ID améliore sa performance ; les ventes se stabilisent au niveau record de 205,0 millions €, en légère hausse de 0,4% par rapport à 2015. Cette évolution, de nature organique, est le fruit de la stratégie des 6 solutions clés mise en place en 2012. Elle est négativement impactée par l’évolution des cours des devises, ainsi qu’explicité ci-après. L’environnement macro-économique est resté bon dans les différents pays où Zetes est implantée et la quasi-totalité des entités locales ont contribué positivement aux résultats du Groupe.

La contribution des 6 solutions aux résultats et en particulier à la marge brute de la division est importante : elles permettent en effet d’augmenter la marge brute en pourcentage des ventes (40,1% contre 39,4% en 2015 et 39,2% en 2014). Compte tenu d’une hausse, même limitée, des ventes, la marge brute augmente de 1,7 millions €, à 82,3 millions €.

L’impact est particulièrement sensible au niveau de la rentabilité opérationnelle : avec des charges opérationnelles sous contrôle (+0,7% par rapport à 2015), la Division a réalisé une  progression de 8,7% de l’EBITDA courant, en croissance pour la quatrième année consécutive.

Zetes continue évidemment à perfectionner ses solutions ainsi que sa plateforme de mobilité qui permet le développement et l’exécution des applications métiers pour tous types de terminaux mobiles et de protocoles de communication. Ces efforts de développements se traduisent par des investissements en R&D en augmentation, à 2,9 millions € pour le Goods ID (2,5 millions € en 2015), et par des amortissements également en légère progression à 2,6 millions € contre 2,3 millions € en 2015. Les amortissements sur les autres actifs immobilisés s’élèvent à 2,4 millions € - en baisse sensible par rapport à 2015 - alors que le niveau des autres provisions, dépréciations et pertes de valeur reste stable à 0,9 million €. Au total, les charges non décaissées s’élèvent à 5,9 millions €, en baisse de 8,0% par rapport à 2015.

Il en résulte que la division a généré un EBIT courant de 10,0 millions €, en progression de 21,8% par rapport à 2015 (8,2 millions €).

Analyse semestrielle

La saisonnalité des ventes reprend un profil normal en 2016, avec des ventes très supérieures au second semestre. La  marge brute en pourcentage des ventes évolue dans le bon sens, avec des taux de 41,6% (H1 2016) et 38,8% (H2 2016) contre 40,5% (H1 2015) et 38,4% (H2 2015).

La progression du revenu est limitée mais l’objectif de la division était de réaliser en 2016 un revenu comparable à celui de 2015, sans bénéficier d’un roll out équivalent à celui du premier semestre 2015. Les efforts pour développer la composante récurrente du revenu ont permis d’accroitre la visibilité sur les marges. Et Zetes continue d’augmenter ses revenus récurrents et de gagner des contrats importants, en particulier dans les secteurs porteurs tels que les services postaux.

L’évolution des taux de change a un impact sur les ventes, mais moins sur l’EBITDA. L’évolution est liée à l’appréciation (vis-à-vis de l’euro) du rand sud-africain, compensée par la dépréciation de la livre sterling. A taux de change constants, le revenu et la marge brute auraient respectivement progressé de 2,8% et 4,5%. L’impact négatif de l’évolution des taux de change sur l’EBITDA courant est de 0,4 million €.

Toute la croissance est organique et l’attention de la division Goods ID est restée focalisée sur l’implémentation de la stratégie des 6 solutions clés, génératrice de croissance endogène.

2.- People ID

En People ID, le revenu s’est tassé de 10,3% mais les marges se sont très bien comportées sous l’influence du product mix. La majeure partie du revenu provient soit de contrats de long terme à haute valeur ajoutée, soit de petits contrats de services purs. La valeur ajoutée des solutions software se matérialise dans la sécurité des données, la gestion des flux et la traçabilité. C’est le différentiateur de la Division et également le facteur principal d’amélioration des marges.  

En 2016, Zetes a effectué des développements en matière d’authentification ; outre des investissements spécifiques en équipements, des développements ont été consentis à concurrence de 0,3 million € ; combinés aux développements effectués dans la division Goods ID, ils expliquent la croissance des montants qu’on retrouve à l’actif du bilan (cf ci-après).

En dépit d’une baisse du revenu, la performance de la Division reste très satisfaisante.

En 2016, les contrats Build and Operate ont largement contribué au revenu et aux résultats.

Les documents d’identité et de voyage sont au centre du dispositif de sécurité de tous les Etats. Ces documents doivent être sécurisés et infalsifiables. De plus, à l’ère de la connectivité et de l’informatique mobile, ces documents doivent également être électroniques afin de permettre une interconnexion sécurisée avec les systèmes informatiques des autorités.

Les solutions People ID de Zetes assurent une authentification forte des citoyens d’un pays, tant dans le rapport de l’individu à son document que dans la liaison avec les bases de données.

Zetes assure à ses clients une capture de données biographiques et biométriques des citoyens, une base de données de population intègre, une émission et distribution de documents d’identité et les moyens de contrôle fixes ou mobiles.

Le modèle Build and Operate par lequel un Etat confie à Zetes toutes ses étapes est intéressant car il permet aux clients d’offrir à ses citoyens des documents et systèmes de pointe en matière de sécurité sans investissement préalable, ni risque de choix peu judicieux. Il est également attractif pour Zetes qui, une fois le déploiement de la solution réalisé, s’assure une bonne visibilité sur le business pour plusieurs années.

La même architecture software peut être déployée pour différents types d’applications gouvernementales. Ceci limite les risques pour les clients puisque la solution est éprouvée et développée selon les standards les plus pointus, notamment l’ISO 27001, et permet de bonnes synergies pour Zetes.

La très haute valeur ajoutée de ces solutions justifie la performance en EBITDA courant de la division qui s’établit à 14,2 millions € (en recul de 8,7%).

Analyse semestrielle

On constate une grande stabilité des revenus et résultats de la Division. En effet, la volatilité du revenu est principalement générée par les contrats de court terme avec des livraisons importantes de Hardware. Il n’y a pas eu de contrat significatif de ce type en 2016.

3.- Groupe

Les frais de la Division Corporate s’élèvent à 3,6 millions €, en ligne avec les chiffres de 2015 (+3,7%). Les missions du Corporate restent la définition de la stratégie, le contrôle financier, le marketing et la croissance externe.  

Sur l’ensemble des divisions (Goods ID, People ID et Corporate), la société a généré un EBITDA courant de 26,5 millions €, soit une performance en ligne avec celle de 2015 qui constituait la meilleure performance enregistrée par Zetes (26,7 millions €).

En termes de résultat net par action, Zetes dépasse à nouveau le seuil de 2€ par action.

  1. Calculé sur la base du nombre moyen pondéré d’actions en circulation
  2. Part du Groupe
  3. "Courant" signifie hors charges de restructuration et revenus/coûts non courants

 

II. BILAN et TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE

Les actifs non courants sont très stables, l’augmentation - limitée - des immobilisations corporelles et incorporelles étant compensée par la diminution des actifs d’impôts différés.

En matière de développement, inclus dans les immobilisations incorporelles, les investissements sont en hausse en 2016 à 3,2 millions € (contre 2,6 millions € en 2015). Cela se traduit, après prise en compte des amortissements de l’année, par une hausse des actifs de R&D de 0,5 million €.

La baisse des actifs d’impôts différés de 0,6 million € est liée à la bonne performance des filiales, notamment au Royaume-Uni.

La valeur du stock est en croissance sensible, tout comme les créances (clients et autres débiteurs courants). L’augmentation des stocks est imputable à la préparation du déploiement de matériel chez des clients dans deux sociétés (+4,3 millions €, division Goods ID). L’augmentation des créances clients est, au 31/12/2016, compensée par l’augmentation des dettes envers les fournisseurs. Cette évolution est liée à l’activité importante en fin d’année et Zetes anticipe une amélioration du besoin en fonds de roulement en 2017.

La trésorerie évolue favorablement, avec un solde au 31/12/2016 de 19,9 millions €. L’impact de la performance de 2016 sur la structure d’endettement du Groupe est limitée du fait de la distribution, pour la première fois, d’un acompte sur dividende (décembre 2016). Au total, 8,4 millions € ont été distribués aux actionnaires en 2016. La position nette de trésorerie reste forte, à 9,4 millions € (9,6 millions € à la fin 2015).

Le total bilantaire est en hausse : 199,1 millions € contre 188,7 millions € en 2015 (+10,4 millions €). Le besoin net en fonds de roulement suit la même tendance à 17,5 millions € (14,1 millions € en 2015).

Avec des fonds propres très solides de 93,3 millions €, en hausse de 3,7 millions € par rapport à 2015 et  un total de bilan de 199,1 millions €, le ratio de solvabilité s’élève à 46,9% (47,5% en 2015). L’augmentation des fonds propres reste importante compte tenu de la distribution en 2016 du dividende et de l’acompte sur dividende évoqués ci-avant. Les fonds propres sont déterminés après déduction des actions propres détenues (3,9 millions €). Ces actions propres sont détenues notamment pour répondre à l’exercice d’options par des cadres de Zetes.

Les dettes à LT sont en diminution sensible (-3,3 millions €). Il s’agit des dettes liées au financement du bâtiment qui se trouvent au bilan des sociétés acquises en juillet 2015, et qui arrivent à échéance au second semestre 2017.

Zetes s’attache à maintenir une structure bilantaire forte car elle lui permet d’aborder et, le cas échéant, de gérer de très gros marchés dont le flux de revenu peut être découplé des dépenses d’investissement (concession People ID) et d’inspirer confiance à ses clients potentiels (Gouvernements par exemple), avec lesquels elle signe des contrats pluriannuels.

TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE

Les activités opérationnelles génèrent sur l’année un cash flow de 16,5 millions €. Ce montant se décompose en un cash flow  du P&L à 21,4 millions € et un besoin en fonds de roulement en augmentation (-4,9 millions €). Zetes anticipe une amélioration du besoin en fonds de roulement en 2017, à tout le moins partielle.

Les investissements en actifs immobilisés s’élèvent à 5,2 millions €, en augmentation par rapport à 2015 (4,6 millions €). Ils se décomposent en 3,2 millions pour la division Goods ID, et 2,0 millions pour la division People ID. Des efforts spécifiques ont été réalisés en IT et en amélioration et sécurisation des bâtiments.

La capitalisation des frais de R&D est en augmentation, à 3,2 millions €. Ces frais activés sont principalement liés à la division Goods ID; ils se répartissent toujours entre les développements du software MCL et des solutions applicatives, à la base de la nouvelle stratégie. L’effort de R&D en People ID a porté sur le développement et la certification d’une infrastructure d’émission de certificats, qui permet à Zetes d’accéder au statut d’émetteur.

En matière de financement, l’année aura permis un remboursement net des banques (financement / leasing / découverts bancaires) de 2,2 millions €. Zetes a également procédé au paiement d’un dividende de 4,2 millions € en juin 2016 et d’un acompte sur dividende du même montant de 4,2 millions € en décembre 2016.

III. ACQUISITION

Zetes a examiné plusieurs dossiers d’acquisition en 2016 sans aboutir. De façon générale, la complémentarité des cibles avec la stratégie du Groupe n’était pas assurée et ne présentait pas de potentiel suffisant.

IV. PERSPECTIVES

Dans le Goods ID, la stratégie liée aux 6 solutions clés continue à séduire de plus en plus de clients et la composante récurrente du revenu qui y est lié accroit la visibilité de la Division pour le futur.

Le secteur postal et parcel delivery continue à investir et Zetes propose une offre qui lui permet de conquérir de plus en plus de clients. Les investissements sont massifs pour les clients car ils équipent tous leurs collaborateurs de terminaux mobiles renforçant l’efficacité et la qualité des prestations. L’unique ID (sérialisation des produits) reste également une thématique très porteuse sous la pression de réglementations de plus en plus exigeantes. La solution Atlas a été implémentée dans des domaines diversifiés tels que la pharmacie, les biens de luxe ou les explosifs. La généralisation de cette obligation de traçabilité à l’unité ouvre des perspectives pour les années à venir.

Dans le People ID, les contrats Build and Operate en cours apportent une contribution très importante au revenu et à la rentabilité. En 2017, les concessions seront toutes contributrices à la bonne performance de la Division. Les efforts de business development doivent permettre de renouveler ces contrats et d’y ajouter des contrats de plus court terme. Cette équipe continue à grandir et à s’étendre pour être toujours plus proche géographiquement et techniquement de ses clients potentiels.

La stratégie de Zetes en matière de solutions à valeur ajoutée dans ses deux divisions a attiré l’attention de Panasonic, une des plus grandes sociétés mondiales.

Ainsi qu’elle l’a annoncé le 22 décembre 2016, Panasonic a l’ambition, par le biais du rapprochement avec Zetes, de devenir un leader mondial dans la fourniture de solutions logistiques et d’étendre la gamme et la qualité des services que Panasonic est en mesure d’offrir à ses clients. Cette opération n’a, au jour de la publication, pas encore reçu l’aval de toutes les autorités de la concurrence concernées.

En conclusion, l’objectif de renouveler en 2016 la performance de 2015 (soutenue par un contrat majeur) est atteint. Le Groupe se tourne à présent vers l’avenir avec une stratégie qui confirme sa pertinence et, probablement, sous la coupole d’un groupe mondial qui lui donnera de nouvelles perspectives de croissance importante.

V. RISQUES ET INCERTITUDES

Investir dans l’action Zetes comporte des risques. Ils sont décrits dans le rapport annuel et restent d’actualité.

VI. ACTIONS PROPRES

En 2016, la société a acquis 69.216 actions (53.016 actions au premier semestre et 16.200 actions au second). Zetes Industries a également cédé  84.497 actions lors de l’exercice d’options, ainsi que 34.017 actions dans le cadre d’un plan au bénéfice du personnel. Au 31 décembre 2016, Zetes détenait 124.944 actions propres (174.242 fin 2015), représentant 2,32%

des actions émises. Elles sont principalement destinées à répondre à l’exercice d’options par les cadres de la Société.

VII. DIVIDENDE

A la suite de l’Assemblée générale ordinaire de mai 2016, Zetes a augmenté son dividende de 27% à 0,80€ par action.

Le second semestre 2016 a généré un très fort cash flow des opérations qui a permis à Zetes de payer en décembre 2016 un acompte sur dividende d’un même montant de 0,80€ par action.

Il n’est pas prévu de verser un complément de dividende suite à l’Assemblée Générale du 31 mai 2017.

VIII. ETABLISSEMENT DES COMPTES

Les états financiers, dont la publication a été approuvée par le Conseil d’Administration en date du 15 mars 2017 et présentés ci-après, constituent un résumé du rapport annuel qui sera disponible le 28 avril 2017. Ils sont établis en € et en conformité avec les normes IFRS adoptées par l’Union Européenne.

IX. TRAVAUX DU COMMISSAIRE

L’audit des comptes annuels est en cours. Le Commissaire a confirmé que ses travaux de révision, qui sont terminés quant au fond, n’ont pas révélé de correction significative qui devrait être apportée aux informations comptables reprises dans le communiqué de presse.

X. CALENDRIER

Publication du rapport annuel : le 28 avril 2017

Assemblée Générale Ordinaire : le 31 mai 2017