RESULTATS ANNUELS 2015

COMMUNIQUE REGLEMENTE – RESULTATS ANNUELS 2015

Forte croissance de la rentabilité dans les deux divisions

EBITDA courant du Groupe à 26,7 millions € soutenu par la performance record des deux divisions

Dividende proposé à 0,80 € par action ( +27% par rapport à 2014)


Goods ID : Troisième année consécutive de croissance organique et d’amélioration de la rentabilité  

Revenus à 204,3 millions € tirés par un premier semestre en très forte progression (+7,2% sur l’année par rapport à 2014)

EBITDA courant à 14,6 millions € (+20,5% par rapport à 2014)


People ID : résultats opérationnels en forte progression, soutenus par des projets à haute valeur ajoutée

Revenus à 53,9 millions € (-1,3% par rapport à 2014)

EBITDA courant à 15,5 millions € (+47,1% par rapport à 2014)


Communiqué au format PDF et annexes

Les ventes s’affichent à 258,2 millions €, contre 245,3 millions € en 2014, et l’EBITDA courant progresse pour atteindre le niveau record de 26,7 millions € (19,2 millions € en 2014).

Les ventes du Groupe sont soutenues par la croissance du revenu en Goods ID (+7,2% par rapport à 2014), particulièrement importante au premier semestre. La division People ID a exécuté des projets à très haute valeur ajoutée, sans livraison de quantités importantes de hardware, ce qui se traduit par une stabilité des ventes (-1,3% par rapport à 2014).

La marge brute totale atteint le niveau record de 115,6 millions €, en croissance de 11,6% par rapport à 2014. Elle s’affiche à 44,8% des ventes (42,2% en 2014), essentiellement sous l’influence du product mix de la division People ID.

L’EBITDA courant du Groupe s’affiche à 26,7 millions €, en hausse de 39,0% par rapport à 2014, soutenu par une performance record dans les deux divisions : 14,6 millions € dans le Goods ID (+20,5%) et 15,5 millions € dans le People ID (+47,1%). Les éléments non courants sont peu importants et l’EBITDA du Groupe est également en croissance sensible, à 26,3 millions € (+44,3%).

La Division Goods ID a connu une nouvelle année de progression, avec une croissance organique des ventes et des résultats en nette augmentation. La saisonnalité des ventes est moins marquée que les années précédentes, essentiellement parce que des contrats importants (en volume) ont été exécutés sur le premier semestre. La Division bénéficie de la stratégie commerciale mise en place en 2012 et axée sur les solutions clés, en particulier dans les secteurs du retail, des services postaux et du transport. La solution de sérialisation (ZetesAtlas) déployée dans les unités de production est également en forte croissance même si l’impact sur le revenu de la Division est plus limité.

En People ID, les ventes sont stables : -1,3% par rapport à 2014. Cette évolution est liée à l’importance plus élevée des services dans les projets exécutés (« product mix »). Alors qu’un important lot de kits d’enrôlement biométrique avait été livré en Ouganda en 2014, aucune livraison équivalente n’est intervenue en 2015. Par comparaison à 2013, plus comparable en termes de product mix, la croissance est de 33,8%. L’exécution des différents contrats de long et de court terme a permis à la division d’augmenter significativement sa profitabilité, avec un EBITDA courant record de 15,5 millions € (+47,1% par rapport à 2014).

I. COMPTE DE RESULTAT

  1. Courant" signifie hors charges de restructurations et autres éléments non courants (badwill/ Autres)
  2. Part du Groupe

Les provisions, dépréciations, amortissements et pertes de valeur sont en hausse, à 9,6 millions €. Cette évolution est particulièrement marquée dans la division People ID (cf ci-après).

Les charges financières et les produits financiers sont tous deux en augmentation sensible, essentiellement du fait de résultats de change plus importants. En 2015, les pertes de change s’élèvent à 1,4 millions € et les gains à 1,1 millions €. Le résultat financier de l’année (produits financiers moins charges financières) reste cependant en ligne avec le résultat de 2014 : 0,8 million € contre 0,6 million. Ce niveau relativement bas est lié à la fois à l’environnement macro-économique, avec des taux d’intérêts peu élevés, et la bonne solvabilité du Groupe (trésorerie nette positive). Enfin, les impôts restent élevés, à 5,2 millions €, soit 32,5% du résultat avant impôts.  Ce taux est en ligne avec le taux applicable en Belgique, le centre des opérations du Groupe.

La croissance de +5,3% des revenus entre 2014 et 2015 se traduit, par effet de levier, en une croissance de +73,2% du résultat net, qui s’élève à 10,7 millions €.  

Analyse semestrielle

Le second semestre confirme la bonne performance du premier semestre avec un chiffre d’affaires et un EBITDA en légère croissance; par ailleurs, par rapport à la même période en 2014, l’EBITDA est en hausse de +20,3%.

L’évolution par division est commentée ci-après.

  1. Goods ID

Pour la troisième année consécutive, la Division Goods ID améliore sa performance ; les ventes sont en hausse de 7,2% et atteignent un plus haut historique à 204,3 millions €. Cette évolution est d’autant plus remarquable qu’elle est de nature organique. Elle est le fruit de la stratégie des solutions clés mise en place en 2012 qui, année après année, porte ses fruits.

La tendance est restée bonne toute l’année, avec une prise de commande élevée et un intérêt marqué pour les solutions du Groupe.

La contribution des solutions clés aux résultats et en particulier à la marge brute de la division est importante : si la marge brute en pourcentage des ventes reste stable (39,4% contre 39,2% en 2014), cette évolution est la combinaison d’une baisse de la marge sur les produits hardware et d’une hausse de la marge sur les solutions vendues.

L’impact est particulièrement sensible en période de hausse des ventes : maintenir la marge brute sur ventes permet à la division de générer 5,8 millions € de marge brute additionnelle par rapport à 2014. Avec des charges opérationnelles sous contrôle, la Division a réalisé une  progression de 20,5% de l’EBITDA courant.

Zetes continue à perfectionner ses solutions clés ainsi que sa plateforme de mobilité qui permet le développement et l’exécution des applications métiers pour tous types de terminaux mobiles et de protocoles de communication. Ces efforts de développements se traduisent par des investissements stables en R&D et par des amortissements en légère progression  : 2,3 millions € en 2015, proches des niveaux de capitalisation annuelle R&D, contre 2,1 millions € en 2014. Les amortissements sur les autres actifs immobilisés s’élèvent à 3,2 millions € alors que le niveau des autres provisions, dépréciations et pertes de valeur s’élèvent à 0,9 million €. Ce sont pour moitié des dépréciations sur stock, et pour l’autre, des dépréciations sur créances clients. Au total, les charges non décaissées s’élèvent à 6,4 millions €, en hausse de 8,1% par rapport à 2014.

Il en résulte que la division a généré un EBIT courant de 8,2 millions €, en progression de 32,4% par rapport à 2014.

Analyse semestrielle

La saisonnalité des ventes a été inhabituelle en 2015. Alors que les ventes sont traditionnellement très supérieures au second semestre, elles ne sont en progression, en 2015, « que » de 2,6% par rapport au premier semestre. Cette évolution était attendue en raison de l’exécution au premier semestre de plusieurs grands contrats. La marge brute en pourcentage des ventes évolue dans le bon sens, avec des taux de 40,5% (H1 2015) et 38,4% (H2 2015) contre 40,4% (H1 2014) et 38,2% (H2 2014).

La progression du revenu en 2015 est largement supérieure à celle de l’économie et au taux de progression de l’investissement des entreprises. Zetes le doit à sa stratégie qui lui permet d’une part d’augmenter constamment ses revenus récurrents et de gagner des contrats importants dans les secteurs porteurs tels que les services postaux.

L’évolution des taux de change a un impact sur les ventes, mais moins sur l’EBITDA. L’évolution est liée à l’appréciation (vis-à-vis de l’euro) du Franc Suisse ainsi que de la livre sterling, compensée par la dépréciation du rand sud-africain. A taux de change constant, le revenu et la marge brute auraient respectivement progressé de 4,4% et 5,3%. L’impact positif de l’évolution des taux de change sur l’EBITDA courant est de 0,5 million €.

Toute la croissance est organique et l’attention de la division Goods ID est restée focalisée sur l’implémentation de la stratégie des solutions clés, génératrice de croissance endogène.

  1. People ID

En People ID, le revenu est resté stable en 2015 (-1,3%) mais les marges ont été en forte progression sous l’influence du product mix. La composante Hardware sur les projets délivrés en 2015 était faible par rapport à 2014, au profit des composantes Software et Services. La valeur ajoutée des solutions software est non seulement un différentiateur commercial mais contribue également largement à l’amélioration structurelle des résultats de la Division.

La bonne maîtrise des coûts a dès lors permis une nette progression de la rentabilité de la division.

En 2015, les concessions de long terme ont largement contribué au revenu et aux résultats. Et les contrats de court terme, comme  les projets électoraux, ont été marqués par une composante software très importante.

La Côte d’Ivoire a décidé de se doter d’un nouveau régime de sécurité sociale. Pour en assurer le déploiement, le Gouvernement ivoirien a fait appel à Zetes pour développer l’infrastructure d’enrôlement et celle de production de la carte de sécurité sociale biométrique. C’est donc un nouveau type de projet prometteur qui a démarré en 2015. Les Nations Unies poussent actuellement tous les pays qui en sont dépourvus à mettre en place un système de sécurité sociale accessible à tous leurs citoyens. Par ailleurs, le gouvernement sénégalais a supprimé l’obligation de visa biométrique pour soutenir le secteur du tourisme à dater du 1er mai 2015,  et a donc mis un terme à la concession technique de Zetes.  Cette décision a nécessité  la prise en compte accélérée des charges de démarrage qui avaient été activées (IAS11, dépenses non cash) compensées par une première tranche d’indemnisation.

La Division People ID s’appuie sur des efforts continus de business development. L’objectif est de faire connaitre la proposition de valeur de Zetes en matière d’enrôlement biographique et biométrique, de gestion sécurisée de bases de données de population et de documents d’identité électroniques et biométriques. Le business development est la clé pour  bénéficier d’une bonne diversification géographique et d’une répartition entre contrats de long et de court terme.

Au total, la performance EBITDA courant de la division est en très nette progression  de 47,1%. Elle s’établit à 15,5 millions € (10,6 millions € en 2014).

L’augmentation des provisions, amortissements et dépréciations est essentiellement liée à la prise en charges – accélérée – des investissements et des stocks liés au contrat du visa au Sénégal (impact de 0,5 million €).

Analyse semestrielle

La décomposition par semestre montre la stabilité des revenus de la division. L’EBITDA courant en pourcentage des ventes atteint plus de 30% sur le second semestre (28,8% sur l’année), supérieur aux 25% attendus. Les marges sont bien entendu influencées par le haut niveau d’investissement nécessaire pour les projets long terme, par l’impérieuse nécessité de disposer de certifications exigeantes et de références relevantes. Cette progression du second semestre illustre les différences qui peuvent exister selon le type de contrat, notamment la proportion de software/services par rapport au hardware.

  1. Groupe

Les frais de la Division Corporate s’élèvent à 3,5 millions €, en ligne avec les chiffres de 2014 (-0,7%). Les missions du Corporate restent la définition de la stratégie, le contrôle financier, le marketing et la croissance externe.  

Sur l’ensemble des divisions (Goods ID, People ID et Corporate), la société a généré un EBITDA courant de 26,7 millions €, la meilleure performance enregistrée à ce jour.

En termes de résultat net par action, Zetes dépasse, pour la première fois, le cap de 2€ par action.

(1) Calculé sur la base du nombre moyen pondéré d'actions en circulation

(2) Part du Groupe

(3) "Courant" signifie hors charges de restructuration et revenus/coûts non courants

II. BILAN et TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE

Les actifs immobilisés sont en évolution sensible, essentiellement du fait de l’intégration  - via le rachat de sociétés - d’un bâtiment pour 5,0 millions €, utilisé pour la production et la personnalisation des documents sécurisés en Belgique. L’augmentation du goodwill (0,6 million €) est également liée à cette transaction.

En matière de R&D (immobilisations incorporelles), les investissements (2,6 millions €) sont du même ordre que les dépréciations (2,4 millions €), ce qui explique la faible évolution des immobilisations incorporelles.

La valeur du stock est stable, alors que les créances (clients et autres débiteurs courants) sont en décroissance de 5,3 millions €. La trésorerie évolue très favorablement, avec un solde au 31/12/2015 de 22,3 millions €.

La performance de 2015 a évidemment un impact positif sur la structure d’endettement du Groupe ; la position nette de trésorerie a bien progressé, pour atteindre le niveau de 9,6 millions € (1,7 million € à la fin 2014).

Le total bilantaire est en légère hausse : 188,7 millions € contre 184,5 millions € en 2014 (+4,2 millions €). Le besoin net en fonds de roulement suit la même tendance à 14,1 millions € (13,2 millions € en 2014) ; cette dernière évolution est limitée du fait d’une réduction simultanée des actifs et des passifs courants.

Avec des fonds propres très solides de 89,7 millions €, en hausse de 10,1 millions € par rapport à 2014 et  un total de bilan de 188,7 millions €, le ratio de solvabilité s’élève à 47,5% (43,14% en 2014). L’augmentation des fonds propres est très importante compte tenu de la distribution en 2015 d’un dividende de 3,3 millions €. Les fonds propres ont cependant bénéficié de la cession, par Zetes, d’actions propres pour un montant de 2,3  millions €, principalement pour répondre à l’exercice d’options par des cadres de Zetes.

Les dettes à LT augmentent significativement (+3,4 millions €). Il s’agit des dettes liées au financement du bâtiment qui se trouvent au bilan des sociétés acquises en juillet 2015 (cf ci-après).

Zetes s’attache à maintenir une structure bilantaire forte car elle lui permet d’aborder et, le cas échéant, de gérer de très gros marchés dont le flux de revenu peut être découplé des dépenses d’investissement (concession People ID) et d’inspirer confiance à ses clients potentiels (Gouvernements par exemple), avec lesquels elle signe des contrats pluriannuels.

TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE

Les activités opérationnelles génèrent sur l’année un cash flow de 20,0 millions €. Ce montant se décompose en un cash flow important du P&L, en forte augmentation à 20,2 millions €, lié à l’augmentation significative du résultat opérationnel, et un besoin en fonds de roulement qui est resté stable (-0,2 million €).

Les investissements en actifs immobilisés s’élèvent à 4,6 millions €, en repli par rapport à 2014. Ils sont majoritairement relatifs à la division Goods ID (2,9 millions €) ; 1,7 million € ont été investis par la division People ID.

La capitalisation des frais de R&D est stable à 2,6 millions €. Ces frais activés sont exclusivement liés à la division Goods ID; ils se répartissent toujours entre les développements du software MCL et des solutions applicatives, à la base de la nouvelle stratégie. L’effort de R&D en People ID est considérable également mais il est intégré dans l’investissement à réaliser dans les nouveaux de projets de concession (contrats de construction) ou directement pris en charge.

En matière de financement, l’année aura permis un remboursement net des banques (financement / leasing / découverts bancaires) de 5,4 millions € ; Zetes a également procédé au paiement d’un dividende (3,3 millions €).

Tous ces mouvements se traduisent par une augmentation de la trésorerie de 5,5 millions €.

III. ACQUISITION

Au cours de l’été 2015, Zetes a  procédé à l’acquisition des deux sociétés qui, ensemble, détiennent un bâtiment loué par Zetes pour son activité de production de documents sécurisés en Belgique. Cette acquisition, d’un montant de 1,1 million € (cf cash flow d’investissement), comprend un actif valorisé à 5 millions € et une dette bancaire de 3,4 millions €. L’intégration des filiales a généré un goodwill de 0,6 million €.

Zetes reste attentive aux opportunités de croissance externe, qu’elles soient géographiques ou technologiques. Aucun dossier de qualité suffisante et répondant aux critères d’exigence de Zetes ne s’est présenté en 2015.

IV. PERSPECTIVES

Dans le Goods ID, la croissance des ventes, continue depuis 2012, a été soutenue au premier semestre 2015 par un grand projet en Suisse. La Division s’est fixée pour objectif de réaliser en 2016 un revenu comparable sans bénéficier d’un roll out équivalent à celui du premier semestre 2015. La répartition H1/H2 devrait, en 2016, revenir à la normale, c’est-à-dire que la société s’attend à avoir un second semestre plus fort que le premier. Les efforts pour développer la composante récurrente du revenu accroît progressivement la visibilité sur les marges. La division continue à bénéficier de la stratégie commerciale axée sur les solutions clés qui remportent un franc succès, notamment dans les secteurs des services postaux et du transport. La solution de sérialisation (ZetesAtlas) déployée dans les unités de production est également en forte croissance, générant un revenu limité mais une belle valeur ajoutée.

Développer le modèle de recurring business reste une des pierres angulaires de la stratégie : il apporte une réponse adéquate au besoin de support permanent exigé par les clients, développe la relation permanente avec ces derniers et accroit la visibilité financière de la Division.

Dans le People ID, les contrats Build and Operate en cours apportent une contribution très importante au revenu et à la rentabilité. En 2016, les concessions existantes seront toutes contributrices à la bonne performance de la Division. Les efforts de business development doivent alimenter le revenu en contrats de court terme et générer ponctuellement de nouveaux contrats de long terme. Cette équipe continue à grandir et à s’étendre pour être toujours plus proche géographiquement et techniquement de ses clients potentiels.

En conclusion, les stratégies mises en place dans les deux divisions ont porté leurs fruits et ont permis une croissance organique rentable, comme en attestent les chiffres de 2015. Le Groupe est confiant de pouvoir réaliser en 2016 une année du même ordre que celle de 2015, avec une saisonnalité de la performance en ligne avec la saisonnalité historique (le second semestre étant attendu meilleur que le premier).

V. RISQUES ET INCERTITUDES

Investir dans l’action Zetes comporte des risques. Ils sont décrits dans le rapport annuel et restent d’actualité.

VI. ACTIONS PROPRES

En 2015, la société Zetes Industries a cédé 92.694 actions propres, dont 57.694 actions dans le cadre de l’exercice d’options (plan au bénéfice du personnel). Au total, ces transactions ont généré 2,3 millions € de liquidités. Au 31 décembre 2015, Zetes détenait 174.242 actions propres (266.936 fin 2014), représentant 3,23% des actions émises. Elles sont principalement destinées à répondre à l’exercice d’options par les cadres de la Société.

VII. DIVIDENDE

Fort du cash flow généré par le Groupe en 2015 et confiant dans l’avenir, le Conseil d’Administration proposera à l’Assemblée Générale Ordinaire de verser un dividende brut ordinaire par action de 0,80€ en progrès  de 27% par rapport à l’année précédente.

VIII. ETABLISSEMENT DES COMPTES

Les états financiers, dont la publication a été approuvée par le Conseil d’Administration en date du 16 mars 2016 et présentés ci-après, constituent un résumé du rapport annuel qui sera disponible le 25 avril 2016. Ils sont établis en € et en conformité avec les normes IFRS adoptées par l’Union Européenne.

IX. TRAVAUX DU COMMISSAIRE

L’audit des comptes annuels est en cours. Le Commissaire a confirmé que ses travaux de révision, qui sont terminés quant au fond, n’ont pas révélé de correction significative qui devrait être apportée aux informations comptables reprises dans le communiqué de presse.

X. CALENDRIER

Publication du rapport annuel : le 25 avril 2016

Assemblée Générale Ordinaire : le 25 mai 2016