RESULTATS ANNUELS 2014

COMMUNIQUE REGLEMENTE – RESULTATS ANNUELS 2014

Croissance des ventes et forte progression de la rentabilité opérationnelle dans les deux divisions

Revenus du Groupe à 245,3 millions € soutenus par des revenus récurrents en augmentation
Dividende proposé à 0,63 € par action. En hausse de 15% par rapport à 2013

Goods ID : confirmation du retour de la croissance et forte amélioration de la performance opérationnelle
Revenus à 190,6 millions € tirés par la vente des solutions clés (+11,4% par rapport à 2013)
EBITDA courant à 12,1 millions € (+33,4% par rapport à 2013)

People ID : nette progression du chiffre d’affaire et amélioration structurelle de la performance
Revenus à 54,6 millions € (+35,6% par rapport à 2013)
EBITDA courant à 10,6 millions € (+37,4% par rapport à 2013)

 

Le chiffre d’affaire s’affiche à 245,3 millions (€ 211,5 millions € en 2013) et l’EBITDA courant à 19,2 millions € (13,5 millions € en 2013).

La Division Goods ID a connu une année de très bonne facture, avec la confirmation du retour de la croissance – organique - des ventes et des résultats en net progrès. Le management poursuit son effort de mise œuvre de la stratégie basée sur la vente des 6 solutions spécialisées dans l’identification des biens, affichant un positionnement clair de son offre et de sa valeur ajoutée à la clientèle.

La Division People ID voit également ses ventes augmenter, soutenues par de beaux succès commerciaux sur les projets de court terme (livraison de kits d’enrôlement électoral, AFIS) et l’exécution des contrats de long terme (Build and Operate). Le démarrage de deux contrats en 2014 permet à la société d’augmenter son degré de confiance dans l’évolution attendue de sa branche d’activité.

Le cash flow du compte de résultats s’élève à 14,4 millions €, en augmentation sensible par rapport à 2013 (10,3 millions €). Les investissements s’élèvent à 8,6 millions €, après une année 2013 où les investissements atteignaient 10,7 millions €, liés aux développements dans le Goods ID et à la préparation des nouveaux contrats à long terme du People ID. Après la prise en compte des rachats d’actions propres et du dividende versé en 2014 (3,8 millions € au total), la trésorerie s’améliore de 5,6 millions €.

Compte tenu de la confiance de la société sur sa performance en 2015, Zetes proposera à l’Assemblée Générale un dividende ordinaire de 0,63 € par action, contre 0,55 € pour l’exercice comptable 2013.

I. COMPTE DE RESULTAT

Le Groupe affiche un revenu en hausse de 16,0% par rapport à 2013 et un EBITDA courant de 41,9%, reflétant l’évolution positive des deux divisions.

La Division Goods ID a réussi à améliorer significativement sa performance ; les ventes, en hausse de 11,4%, atteignent un plus haut historique à 190,6 millions €. Cette performance est d’autant plus remarquable qu’elle est de nature organique.

En ce qui concerne la Division People ID, l’année a été marquée par un bon mix de projets de court et de long terme, ce qui permet d’afficher une forte croissance et d’excellents résultats.

Au total, la performance EBITDA courant du Groupe est en amélioration de 41,9%. Il s’établit à 19,2 millions € (13,5 millions € en 2013).

La bonne performance du premier semestre 2014 se confirme au second ; l’EBITDA courant du Groupe (11,1 millions €) est à nouveau en progression, tant par rapport au premier semestre de l’année 2014 (8,1 millions €) que du second de l’année 2013 (8,1 millions € également).

Enfin, le résultat net courant atteint 6,9 millions € et le résultat net s’affiche à 6,2 millions € (+82,4% par rapport à 2013).

Goods ID

L’année 2013 s’était clôturée en net progrès et la tendance s’est confirmée tout au long de l’année 2014. La prise de commande était bonne et l’intérêt des clients pour les solutions du Groupe s’est révélé élevé. En sus du secteur du retail, historiquement très important chez Zetes, le secteur des services postaux et de la logistique ont montré un intérêt marqué pour les solutions de mobilité. La croissance est répartie sur la plupart des pays européens et soutenue par quelques gros projets déployés en Belgique, en Angleterre, en Suisse et en Allemagne, notamment pour le secteur de la grande distribution. Ce sont ces projets qui expliquent la baisse du ratio Marge Brute/Ventes car les livraisons importantes d’équipements se font traditionnellement à des marges plus faible ; en valeur absolue, la Marge Brute est en augmentation sensible. Certains contrats importants n’ont été que partiellement exécutés en 2014 et continueront à influencer la performance de la division en 2015. En valeur absolue, la division affiche sur H2 2014 un plus haut historique (EBITDA courant).

La spécialisation de Zetes sur ses 6 solutions et l’offre unique de services (life cycle management) pour les sociétés multinationales permet à Zetes de se différencier et de contrecarrer l’impact d’érosion des marges sur les terminaux mobile ; celle-ci résulte de la concentration des fabricants d’équipement et de la concurrence des terminaux mobiles grand public, plus fragiles mais meilleur marché. Le contrôle des coûts lié aux gains de productivité internes permet à nouveau à Zetes d’améliorer sa performance.

D’une manière générale, l’intérêt pour les 6 solutions clé continue à se manifester, en particulier pour la plate-forme de mobilité sur laquelle peuvent être exécutées les différentes applications « métier ».

Le ratio EBITDA courant/ventes a progressé de 1,1%, passant de 5,3% en 2013 à 6,4% en 2014. Pour rappel, ce ratio était encore à 4,3% en 2012.

L’évolution des taux de change a globalement peu d’impact au niveau de la division. L’évolution défavorable entre le rand sud-africain et l’euro a été compensée par l’évolution favorable du GBP vis-à-vis de l’euro. A taux de change constant, le revenu et la marge brute auraient tous deux progressé de 0,2%. L’impact sur l’EBITDA courant est de l’ordre de 0,1 million €.

Comme en 2013, il n’y a pas eu en 2014 de changement significatif de périmètre. La seule acquisition est relative, au second semestre, au rachat des actifs et à la reprise de l’équipe - une douzaine de personnes - de la société Rodata (Vienne). L’attention de la division reste focalisée sur l’implémentation de la stratégie des 6 solutions phares, génératrice de croissance organique.

People ID

Après une année 2013 marquée par la prise de commande des contrats de long terme en Belgique (passeport), au Sénégal (visa biométrique) et en Gambie, (passeport), ainsi que la préparation de leur exécution, ces contrats ont tous généré des revenus en 2014. Zetes a également pu bénéficier d’une activité de business development performante, avec la livraison d’un important lot de kits d’enrôlement biométriques à destination de la Commission électorale en Ouganda (premier semestre 2014) et la préparation du fichier des électeurs au Togo (deuxième semestre 2014 et premier semestre 2015).

La marge brute en pourcentage des ventes s’inscrit logiquement à la baisse car les projets électoraux, à forte composante hardware, affichent une marge brute plus faible que les contrats de long terme. En valeur absolue, la marge brute est cependant en augmentation très sensible, à 28,8 millions € (+24,7%). Les charges opérationnelles sont en augmentation de 18,3%, pour faire face à l’exécution des nouveaux contrats de long terme.

La Division People ID veille à suivre toutes les opportunités de marché, à bénéficier d’une bonne diversification géographique ainsi que d’une bonne répartition entre contrats de long et de court terme.

La mise en route des contrats de passeports électroniques en Belgique (mai 2014) et en Gambie (décembre 2014) s’est déroulée comme prévu. Ils généreront des revenus pour les 5 prochaines années au minimum. En effet, dans le cadre de ces contrats appelés Build and Operate, Zetes doit investir dans le développement et l’infrastructure informatique et industrielle. Par la suite, la Société encaisse un revenu chaque fois qu’un document est émis pendant la durée du contrat. Ces nouveaux contrats, ainsi que les contrats de visas biométriques pour le Sénégal et la Côte d’ivoire, accroissent structurellement la visibilité sur le business futur de la division.

La décomposition par semestre montre l’impact des différents types de contrats exécutés sur le revenu de la division. Si le chiffre d’affaires est significativement plus bas sur le second semestre, la marge brute, en valeur absolue, n’est en baisse que de 0,3 million €. Ce phénomène est lié à l’impact des ventes à marge limitée (livraison d’équipements hardware) sur le premier semestre et à la montée en puissance des contrats de long terme, avec en particulier le démarrage de la personnalisation des passeports belges à partir du mois de mai 2014 (impact à 100% sur le second semestre). L’EBITDA courant en pourcentage des ventes remonte à plus de 20% sur le second semestre (19,3% sur l’année), en ligne avec les types de contrat réalisés.

Groupe

Le coût de la Division Corporate s’élève à 3,7 millions € (+7,5% par rapport à 2013). Ses missions restent la définition de la stratégie, le contrôle financier, le marketing et la croissance externe.

Le revenu du Groupe s’établit à plus de 245 millions. Les revenus récurrents continuent de croître, soutenus par l’offre de solutions en « location », les contrats de maintenance et la vente de consommables dans le Goods ID. En People ID, ce sont les contrats de long terme dont l’importance a encore augmenté en 2014. Ensemble, ces revenus récurrents couvrent de l’ordre de 40 % du revenu consolidé.

Des charges non récurrentes sont comptabilisées pour un montant net de 1 million € (0,8 million € en 2013). Elles restent essentiellement relatives aux restructurations entreprises dans le Goods ID pour mettre en adéquation la division avec sa stratégie software.

Les amortissements sur immobilisations s’élèvent à 5,5 millions €, en hausse par rapport à 2013 (4,9 millions €). La totalité de cette hausse est liée à la montée en puissance des contrats de long terme en People ID. Les dépréciations sur stock (0,4 million €) et sur créances clients (0,1 million €) sont en ligne avec les chiffres de l’année précédente. Les dépréciations sur les développements activés s’élèvent à 2,3 millions, en hausse significative par rapport à 2013 (1,7 million €). Ces développements sont amortis en 3 ans et la hausse reflète les efforts réalisés depuis quelques années par le Groupe.

L’EBIT atteint 9,8 millions € (5,1 millions € en 2013), dont 65% ont été générés au second semestre.

Le résultat financier est composé de frais bancaires (0,3 million €, paiements transfrontaliers et diverses garanties comme les bid ou performance bonds ainsi que des frais bancaires liés à la mise en place des financements d’investissements), de résultat de change (0,1 million €) et enfin d’une charge d’intérêts (0,2 million €).

Le taux de taxation s’affiche à 33,0% pour un montant total de 3,1 millions €. Le résultat net s’affiche à 6,2 millions €, soit une hausse de 82,4% par rapport à 2013.

Le résultat net courant s’affiche à 1,34 € par action (0,78 € en 2013).

II. BILAN, INVESTISSEMENTS ET TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE

Dans le Goods ID, les investissements restent majoritairement liés aux développements des solutions « Groupe » et aux équipements mis en location chez les clients, alors que dans le People ID, ils sont liés aux infrastructures de production. Ces investissements continuent d’avoir un impact important sur le bilan du Groupe.

Les stocks sont en augmentation dans la division Goods ID (+ 2,1 millions €), quasi totalement du fait de quelques gros roll-out en cours ; il s’agit d’équipements alloués à des commandes. Par rapport à 2013, les créances sur clients et les autres débiteurs courants sont également en augmentation (+ 9,6 millions €), tout comme les paiements d’avance (+2,5 millions €). Cette augmentation est liée à des projets de long terme dans le People ID (2,2 millions €) ainsi qu’à l’augmentation et à l’accélération des ventes au cours du dernier trimestre dans le Goods ID ; les balances âgées font l’objet d’un suivi régulier, sans qu’il soit constaté de différence significative dans l’expérience de paiement.

Comme attendu, le compte relatif aux contrats de construction est en diminution (0,3 million €). Ce compte permet d’assurer aux différents contrats de long terme une rentabilité cohérente dans le temps.

La bonne performance de 2014 a un impact sur la structure d’endettement du Groupe ; l’endettement net de -3,0 millions € à la fin 2013 se transforme en une position de de trésorerie positive de 1,7 million € à la fin 2014 ; les liquidités disponibles sont également en hausse, à 16,3 millions € (10,6 millions € en 2013).

Le total bilantaire passe de 163,2 à 184,5 millions €, en hausse de 21,3 millions €. Le besoin net en fonds de roulement s’inscrit à la baisse à 13,2 millions € contre 15,9 millions € en 2013 ; cette baisse est conjoncturelle et le besoin en fonds de roulement devrait retrouver ses niveaux historiques au premier semestre 2015.

Avec des fonds propres de 79,5 millions € sur un total de bilan de 184,5 millions €, le ratio de solvabilité reste au niveau élevé de 43,14% (contre 47,23% en 2013). Cette baisse relative par rapport à 2013 s’explique par la forte croissance des ventes et l’augmentation importante du bilan qui en résulte. L’augmentation des fonds propres est significative compte tenu de la distribution en 2014 d’un dividende de 2,9 millions € et le rachat d’actions propres pour un montant net de 0,9 million €. Zetes attache de l’importance à avoir une structure bilantaire forte car elle lui permet d’aborder et, le cas échéant, de gérer de très gros marchés et de donner confiance à ses donneurs d’ordre pour signer des contrats pluriannuels.

Les activités opérationnelles génèrent sur l’année un cash flow de 17,1 millions €. Ce montant se décompose en un cash flow du P&L en forte augmentation à 14,4 millions € (contre 10,3 en 2013), lié à l’augmentation significative du résultat opérationnel, et en une diminution du besoin en fonds de roulement de 2,8 millions €. Cette diminution est partiellement non structurelle ; un projet spécifique a ainsi un impact temporaire évalué à 2,3 millions €. On observe également une évolution importante des prépaiements, avec une augmentation de 2,4 millions € à l’actif du bilan (correspondant à des prépaiements de Zetes, notamment pour certains contrats de maintenance de second niveau avec des fournisseurs) mais surtout une augmentation de 5,5 millions € au passif (correspondant également à des contrats de maintenance vendus cette fois-ci mais relatifs à des périodes ultérieures, ainsi qu’à des pré-facturations de clients).

Les investissements du Goods ID atteignent 5,1 millions €, en repli par rapport à 2013 (5,8 millions €). La part la plus significative (2,6 millions €) est consacrée aux développements du software MCL et des solutions applicatives, à la base de la nouvelle stratégie.

En People ID, les investissements s’affichent à 3,3 millions €. Ce sont les investissements résiduels réalisés pour les contrats de long terme qui ont démarré en 2014. Une grosse partie des investissements à réaliser pour ces contrats avaient déjà été exposés sur l’exercice 2013 (4,8 millions €).

Au total, les investissements représentent donc 8,4 millions €, dont 2,5 millions € consacrés aux nouveaux contrats de passeports. La différence constitue les investissements qu’on pourrait qualifier « de croisière » pour le Groupe, en l’absence d’acquisitions externes.

En 2014, le Groupe a acquis des actions propres pour une valeur nette de 0,9 million € ; au 31 décembre 2014, il détenait 266.936 actions, représentant 4,95% du capital.

III. ACQUISITION

Au cours de l’été 2014, Zetes a repris les actifs et l’équipe de la Société Rodata, en difficulté (Autriche, Vienne). La mise en place d’une nouvelle organisation et la formation de l’équipe aux solutions du Groupe a permis une relance rapide de l’activité, en se concentrant sur le service aux clients.

La croissance organique mobilise le management de manière importante. Toutefois, Zetes reste attentive aux opportunités de croissance externe, qu’elles soient géographiques ou technologiques.

IV. PERSPECTIVES

La Division Goods ID a bénéficié d’une solide croissance de sa prise de commande en 2014 et poursuit sa stratégie d’offre de solutions à valeur ajoutée. La division reste bien sûr sensible aux décisions d’investissement de ses clients qui eux-mêmes sont influencés par le climat économique et les incertitudes géo-politiques. Cependant, la part du business récurrent est en augmentation constante au cours des deux dernières années. Le business récurrent comprend les contrats de maintenance, la vente de consommables et, ce qui est nouveau depuis 2014, des revenus de location des solutions (« managed services »). S’ils ne pèsent pas encore lourd dans le revenu total de la Division, ils sont assortis d’une marge brute élevée car ils combinent software créé et services rendus par Zetes.

Dans le People ID, la visibilité s’est accrue sur les contrats de long terme avec le lancement des nouveaux projets de passeport électronique et de visa biométrique. 

En résumé, la stratégie du Goods ID couplée à un renforcement structurel des revenus en People ID doit conduire à des résultats meilleurs en 2015 qu’en 2014, alors que cette dernière année saluait déjà deux années successives de progression.

V. RISQUES ET INCERTITUDES

Investir dans l’action Zetes comporte des risques. Ils sont décrits dans le rapport annuel et restent d’actualité.

VI. DIVIDENDE

Le Conseil d’Administration proposera à l’Assemblée Générale Ordinaire de verser un dividende brut ordinaire par action de 0,63€ en progrès de 15% par rapport à l’année précédente.

VII. ETABLISSEMENT DES COMPTES

Les états financiers présentés ci-après constituent un résumé du rapport annuel qui sera disponible le 27 avril 2015. Ils sont établis en € et en conformité avec les normes IFRS adoptées par l’Union Européenne.

VIII. TRAVAUX DU COMMISSAIRE

L’audit des comptes annuels est en cours. Le Commissaire a confirmé que ses travaux de révision, qui sont terminés quant au fond, n’ont pas révélé de correction significative qui devrait être apportée aux informations comptables reprises dans le communiqué de presse.

IX. CALENDRIER

Publication du rapport annuel : le 27 avril 2015
Assemblée Générale Ordinaire : le 27 mai 2015

- FIN -