Résultats annuels 2013

Un second semestre 2013 de qualité, qui permet d’afficher un EBITDA courant de 13,5 millions € pour la totalité de l’année.

  • Goods ID en forte amélioration au second semestre. 
  • People ID en léger retrait, mais renforcé par la prise de commande de contrats à long terme. 

Le chiffre d’affaire s’affiche à 211,5 millions € (214,1 millions € en 2012) et l’EBITDA courant à 13,5 millions € (14,1 millions € en 2012). 

La Division Goods ID a nettement amélioré sa performance en 2013, particulièrement sur le second semestre, grâce à un bon contrôle de ses coûts, tout en poursuivant son effort stratégique basé sur le développement de solutions phares.

La Division People ID voit son chiffre d’affaire diminuer légèrement, du fait d’une activité moins importante en projets de court terme, ce qui affecte la performance du second semestre. La conclusion et la préparation en 2013 de plusieurs contrats à long terme renforcent la confiance de la société dans la performance future de sa branche d’activité. 

Le cash flow du compte de résultats se positionne à un bon niveau de 10,3 millions €. Le cash flow d’investissement (10,7 millions €), lié aux développements dans le Goods ID et à la préparation des nouveaux contrats à long terme du PeopleID, entraine un besoin de financement particulièrement élevé. Cependant, ces investissements et les contrats sous-jacents renforcent la confiance de la société à générer des cash flow importants dans l’avenir. C’est pourquoi, Zetes proposera à l’Assemblée Générale un dividende ordinaire de 0,55 € par action, soit un montant équivalent à celui de 2012. 

Groupe 
Revenus du Groupe à 211,5 millions € (-1,2% vs 2012), 
Marge brute à 91,4 millions € (-2,4%)
EBITDA courant à 13,5 millions € (-4,1%)

Goods ID : Progression forte au second semestre
Revenus à 171,5 millions € (-0,2% vs 2012, en progression de 1,9% à taux de change constant)
Marge brute à 68,3 millions € (-1,4%)
EBITDA courant à 9,1 millions € (+22,4%)

People ID : Baisse temporaire du revenu mais bonnes perspectives sur base de la prise de commande
Revenus à 40,3 millions € (-5,5% vs 2012)
Marge brute à 23,1 millions € (-5,2%)
EBITDA courant à 7,7 millions € (-22,3%)

Le Groupe a connu un revenu (-1,2%) et un EBITDA (-1,5%) quasiment stables au cours de l’année écoulée. La contribution à ces résultats des deux divisions diffère sensiblement. 

La Division Goods ID a réussi à améliorer significativement sa performance : bien que le chiffre d’affaire et la marge soient très similaires à ceux de l’année précédente, l’EBITDA courant progresse de 22,4% grâce à un bon contrôle des coûts (-4,3%). En ce qui concerne la Division People ID, la seconde moitié de l’année a été marquée par la diminution des revenus de type « Build and Transfer », ce qui s’est traduit par une contraction du chiffre d’affaire de 13,5% et de l’EBITDA courant de 31,1%. Cette évolution est cependant momentanée car, par ailleurs, l’année 2013 a été marquée par une prise de commande importante de contrats à long terme. Ceux-ci sont en phase de développement et soutiendront une bonne croissance du revenu dès 2014. 

L’EBITDA courant s’établit en 2013 à 13,5 millions €. Celui de la Division Goods ID progresse de 22,4 % alors que la division People ID enregistre un recul de -22,3 %. 

La bonne progression des résultats au second semestre est à mettre entièrement à l’actif du Goods ID. La Division a enregistré un résultat en nette progression par rapport à celui du premier semestre 2013, et également par rapport à celui du second semestre de 2012 (+15,8%). Seule la faiblesse passagère du People ID au second semestre obère la progression des résultats. 
Enfin, le résultat net courant atteint 4,0 millions € et le résultat net s’affiche à 3,4millions € (-3,6% par rapport à 2012). 

1. Goods ID

L’année 2013 s’est terminée bien mieux qu’elle n’avait démarré : alors que le début d’année avait été marqué par un ralentissement de la prise de commande, la période à partir de l’été a été plus positive et a vu aboutir de gros projets. L’impact de la progression du chiffre d’affaire se traduit clairement dans l’EBITDA courant qui est près de doubler entre le premier et le second semestre. 

Le secteur du retail reste un important donneur d’ordre. Ce secteur est toujours à la recherche d’une augmentation de productivité par une meilleure traçabilité de la supply chain. Les solutions de Zetes (ZetesMedea et ZetesChronos notamment) apportent une réponse au problème et permettent de délivrer un retour sur investissement rapide.

Sous la pression de la concurrence entre fabricants, la pression sur la marge des terminaux mobiles et autres équipements reste forte. La vente de services (life cycle management) et de software (sous la forme de prestations et, de plus en plus, de licences) permet à Zetes d’équilibrer cette pression et de maintenir ses marges. Un bon contrôle des coûts lié à des gains de productivité a permis à Zetes d’améliorer sa performance, même en l’absence de croissance du revenu. 

Ainsi, le ratio EBITDA/sales a progressé de 1%, passant de 4,3% en 2012 à 5,3% en 2013. 
Dans le même temps, la Division a continué à investir dans ses 6 solutions clé. Les premiers succès commerciaux enregistrés pour chacune des solutions confortent Zetes dans sa stratégie. La plateforme de mobilité MCL rencontre un bon succès car elle permet au client une gestion beaucoup plus efficace de son parc de terminaux mobiles. Les premières références sont installées dans le secteur Retail non food et dans le secteur Transport. 

L’impact positif de la commercialisation des 6 solutions clés a permis de compenser, dans les résultats financiers 2013, la pression permanente sur les prix et les marges de la composante hardware . Cependant, les indicateurs précurseurs, tel que le suivi des cycles de vente, montrent clairement une progression. Comme annoncé précédemment, la progression de la stratégie devrait traduire ses premiers effets dans les résultats financiers en 2014. 

Outre l’impact sur le business dans les pays concernés, l’évolution des taux de change, en particulier entre le rand sud-africain et l’euro, ont été défavorables à la division Goods ID. A taux de change constant, le revenu aurait progressé de 1,9% et la Gross Margin de 0,6%. 

Enfin, il n’y a pas eu de changement de périmètre significatif en 2013. La seule nouvelle acquisition a consisté en l’absorption des actifs et de l’équipe de L4 Epsilon au sein de notre filiale française. Cette petite équipe a amené un savoir-faire reconnu dans le traitement logistique des commandes e-commerce. La solution software est progressivement intégrée dans la solution ZetesMedea du Groupe. Actuellement, toute l’attention de la division est focalisée sur la pénétration de la stratégie des 6 solutions phares. La concentration du savoir-faire de Zetes dans ces 6 solutions permettra par la suite de reprendre le chemin de la croissance externe en apportant aux sociétés acquises un différentiateur unique et valorisé par les clients. 

2. People ID

L’année 2013 a été marquée par une prise de commande importante en contrats de long terme (passeport belge, visa biométrique au Sénégal, passeport en Gambie…). Mais à l’exception du Sénégal, où le système est en place et génère des revenus depuis juillet 2013, les autres contrats ont mobilisé beaucoup de ressources en développement et préparation et ne commenceront à générer des revenus que dans le courant de 2014. 

Les grands projets « Build and Transfer » à forte composante hardware sont absents du chiffre d’affaire 2013. Il s’agit en général de contrats liés à la préparation de cycles électoraux pour lesquels les listes électorales sont préparées sur base d’un enrôlement biométrique de la population. La conclusion du contrat et l’exécution sont alors rapides. Seuls deux projets « Build and Transfer » ont été réalisés en 2013 pour le Togo et pour la Guinée Conakry. L’un et l’autre étaient surtout composés de services, générant donc un revenu limité mais à haute marge. 

En 2013, 80% des revenus provenaient des contrats « Build and Operate » et étaient assortis d’une marge brute de 57,4%, reflétant la stratégie de valeur ajoutée de la division. 

Ces contrats de long terme sont souvent conclus avec des Gouvernements qui confient à Zetes la responsabilité d’une base de données de population et l’émission des documents d’identité ou de voyage y afférent. Zetes s’occupe notamment des systèmes de carte d’identité électronique en Belgique, en Israël et au Portugal, ainsi que du permis de conduire en Belgique. Depuis quelques années, Zetes gère également, pour le compte de la Côte d’Ivoire, un système complet d’enregistrement biographique et biométrique des citoyens et l’émission (personnalisation) de leur passeport électronique. 

En 2013, le Gouvernement gambien a attribué à Zetes la concession sur un système de passeport similaire en Gambie (modèle « Build and Operate »). Et en août 2013, le Gouvernement belge a confié à Zetes l’émission du passeport pour les citoyens belges. Les derniers mois ont été utilisés pour préparer ces contrats. L’émission de documents démarrera au cours du deuxième trimestre 2014 pour les deux contrats. 

La décomposition par semestre reflète clairement le manque de revenus de contrats « Build and Transfer » au second semestre. Par ailleurs, à partir de juillet 2013, la division a internalisé la distribution sécurisée des documents d’identité auprès des communes belges. Jusqu’alors, la distribution était assurée par un transport de sécurité dont les coûts étaient reflétés en achats. On constate donc une augmentation de la marge brute au second semestre, et en corollaire, une hausse des charges opérationnelles.

3. Groupe

Le coût de la Division Corporate s’élève à 3,3 millions € (+1,3% par rapport à 2012). La structure corporate reste légère. La définition de la stratégie, le contrôle financier, le marketing et la croissance externe sont les principales missions du Corporate. 

Le revenu du Groupe s’établit à plus de 211 millions. Les revenus récurrents sont constitués des revenus des contrats de long terme (« Build and Operate ») en People ID et des revenus de maintenance et de consommables en Goods ID. Ensemble, ils couvrent plus de 40 % du revenu consolidé. 

Des charges non récurrentes sont comptabilisées pour un montant net de 0,8 million €. Elles sont essentiellement relatives aux restructurations entreprises dans le Goods ID pour mettre en adéquation la division avec sa stratégie plus orientée software. 

Les amortissements sur immobilisations s’élèvent à 5,0 millions €, très comparable aux chiffres de 2011 et de 2012. Les dépréciations sur stock (0,6 million €) et sur créances clients (0,2 million €) sont en ligne avec les chiffres de l’année précédente. Les dépréciations sur R&D activée s’élèvent à 1,7 million €.

L’EBIT atteint 5,9 millions € sur l’année 2013, dont 71% ont été générés au second semestre.

Le résultat financier est composé de frais bancaires (0,274 million €, paiements transfrontaliers et diverses garanties comme les bid ou performance bonds ainsi que des frais bancaires liés à la mise en place des financements d’investissements), de résultat de change (0,273 million €) et enfin d’une charge d’intérêts (0,229 million €). 

Le taux de taxation s’affiche à 21,6% pour un montant total de 0,94 million €. Le résultat net s’affiche à 3,4 millions €, soit une baisse de 3,6% par rapport à 2012.


 

(1) "Courant" signifie hors charges de restructuration et revenus/coûts non courants 
(2) Nombre moyen pondéré en circulation 
(3) Part du Groupe

Le résultat net courant s’affiche à 0,78 € par action.

II. BILAN, INVESTISSEMENTS ET TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE

Les investissements importants consentis dans le Goods ID (développement des solutions, équipements mis en location chez les clients) et dans le People ID (infrastructure eVisa au Sénégal et en Cote d’Ivoire, site de production et de backup pour le permis de conduire belge, infrastructure de production pour le passeport belge …) ont un impact important sur le bilan du Groupe. 

Outre l’augmentation des actifs immobilisés (en augmentation nette de 7 millions € par rapport à décembre 2012), la société a également consacré un nombre important de ressources à la préparation de l’exécution des contrats du People ID. C’est ce qui explique l’évolution du compte de charges à reporter (paiements d’avance) et de celui relatif aux contrats de construction, ensemble en augmentation de plus de 1,9 millions € par rapport à 2012; ces deux comptes permettent de répartir les frais liés à un projet sur toute sa durée, assurant ainsi une rentabilité cohérente dans le temps.

Ces efforts ont évidemment un impact sur la structure d’endettement du Groupe, la situation de « dette nette » passant d’une position de trésorerie positive de 7,5 millions € à la fin 2012 à un endettement net de -3,0 millions € à la fin 2013. Celui-ci est de nature structurelle dans la mesure où l’augmentation du financement est liée à des investissements spécifiques ; les liquidités disponibles sont en légère baisse à 10,6 millions € (contre 12,8 millions € en 2012). 

Le total bilantaire passe de 159,0 à 163,2 millions €, en hausse de 4,2 millions €. Le besoin net en fonds de roulement s’inscrit également à la hausse à 15,9 millions €, contre 12,7 millions € fin 2012 ; cela s’explique notamment par l’impact des contrats de construction. Le niveau de stock est légèrement en baisse, à 14,3 millions €, ce qui constitue une bonne performance au vu de la stabilité du chiffre d’affaires du Groupe.

Avec des fonds propres de 77,1 millions € sur un total de bilan de 163,2 millions €, le ratio de solvabilité reste au niveau très élevé de 47,23% (48,8% en 2012 et 47,9% en 2011). Ce ratio se maintient à ce niveau élevé, bien que la société ait décidé, vu la confiance qu’elle a dans les perspectives du Groupe, de procéder en 2013 à la distribution d’un dividende de 2,9 millions €. Zetes attache de l’importance à avoir une structure bilantaire forte car elle lui permet d’aborder et, le cas échéant, d’absorber de très gros marchés. 

L’activité a dégagé un cash flow total de 4,0 millions €, dont 10,3 millions € sont générés par le compte de résultats et -6,3 millions € sont alloués à l’augmentation du besoin en fonds de roulement. Cette augmentation, significative, est notamment liée à :

  • À l’augmentation des contrats de construction et des charges payées d’avance pour les projets du People ID (1.9 millions €)
  • Aux équipements donnés en location (2,1 millions € de créances à LT, intégrées dans le besoin en fonds de roulement) 
  • Au paiement plus rapide des fournisseurs (2,3 millions €).

Les investissements du Goods ID atteignent 5,8 millions €, à nouveau en hausse par rapport aux exercices précédents (4,1 millions € en 2012) ; ces investissements se décomposent en équipements à usage interne (2,4 millions €), en actifs liés à des contrats de leasing opérationnel (0,6 million €) et en acquisitions financières (0,3 millions €). Des frais de développement ont également été activés pour un montant de 2,6 million € (contre 1,8 millions en 2012) ; ils sont liés aux 6 solutions phares du Groupe. En People ID, les investissements sont bien entendus relatifs à la préparation de l’exécution des différents contrats de long terme ; ils sont en hausse sensible à 4,8 millions € contre 1,2 million € en 2012. 

Au total, les investissements représentent donc 10,7 millions €, un niveau historiquement très élevé. Ils ont fait l’objet d’un financement bancaire partiel, le solde étant financé sur fonds propres. La confiance de la société dans la capacité du Groupe à dégager des cash flows importants l’amène à proposer à l’Assemblée générale de maintenir sa politique de dividende.

En 2013, le Groupe a acquis des actions propres pour une valeur de 0,2 million € ; il en détenait 234.322 (4,35%) au 31 décembre 2013.

III. ACQUISITION

La priorité de l’année a été la préparation des contrats Build and Operate dans le People ID et le développement de solutions spécialisées dans le Goods ID. La croissance externe a donc été temporairement ralentie. Au premier semestre, Zetes a réalisé un asset deal : reprise d’une équipe de 10 collaborateurs spécialistes des processus logistiques liés à l’e-commerce ainsi que des propriétés intellectuelles et de la clientèle de la société L4 Epsilon en France (montant de 0,2 million €). Zetes a également acheté 15% des actions de Zetes Industries Israël pour un montant de 0,2 million €. Les actions ont été reprises au partenaire qui a lancé l’activité de Goods ID en Israël et qui possède encore, au terme de l’opération, 15% des titres.

IV. PERSPECTIVES 

La Division Goods ID démarre l’année 2014 par un premier trimestre plus solide que les deux années précédentes. Les indicateurs macroéconomiques s’améliorant, les clients semblent plus prompts à investir. Tous les secteurs sont concernés même si le retail reste le moteur de l’investissement. La stratégie est en place dans tous les pays et Zetes en attend, comme prévu, les premiers fruits dès cette année. L’intérêt du marché reste important pour les différentes solutions, de telle sorte que Zetes continuera à investir dans de nouvelles fonctionnalités pour les rendre les plus attractives possible. 

Zetes peut s’appuyer sur son recurring business (de 25 à 30% du revenu selon le degré de maturité des filiales). Il était basé jusqu’à présent sur les services de maintenance et de réparation, ainsi que sur la vente de consommables (étiquettes, rubans, …) et il est déjà, dans certains pays, renforcé par les revenus de location de solutions (managed services).

Dans le People ID, la visibilité reste très bonne sur tous les contrats de long terme (« Build and Operate »). Le démarrage de la production du passeport gambien et du passeport belge est prévu pour le deuxième trimestre 2014. Tous les autres contrats devraient contribuer à la bonne performance de la division.

En ce début d’année, Zetes exécute un contrat de livraison de kits biométriques (« Build and Transfer ») pour la République d’Ouganda. D’autres petits projets sont également en cours d’exécution. Ensemble, ils contribuent à la réalisation des objectifs budgétaires de 2014.

En résumé, la bonne orientation du Goods ID couplée à une combinaison de contrats de court et de long terme en People ID doit conduire à des résultats sensiblement meilleurs en 2014 qu’en 2013.

V. RISQUES ET INCERTITUDES

Investir dans l’action Zetes comporte des risques. Ils ont été décrits dans le rapport annuel 2012 et restent d’actualité.

VI. DIVIDENDE

Le Conseil d’Administration proposera à l’Assemblée Générale Ordinaire de verser un dividende brut ordinaire par action de 0,55€ stable par rapport à l’année précédente.

VII. ETABLISSEMENT DES COMPTES

Les états financiers présentés ci-après constituent un résumé du rapport annuel qui sera disponible le 28 avril 2014. Ils sont établis en € et en conformité avec les normes IFRS adoptées par l’Union Européenne.

VIII. TRAVAUX DU COMMISSAIRE

L’audit des comptes annuels est en cours. Le Commissaire a confirmé que ses travaux de révision, qui sont terminés quant au fond, n’ont pas révélé de correction significative qui devrait être apportée aux informations comptables reprises dans le communiqué de presse.

IX. CALENDRIER

Publication du rapport annuel : le 28 avril 2014
Assemblée Générale Ordinaire : le 28 mai 2014

- FIN -