Résultats Annuels 2012

COMMUNIQUE REGLEMENTE

ZETES réussit un bon second semestre 2012. Du premier au second semestre, l’EBITDA courant passe de 5,3 à 8,8 millions €.
Goods ID en très forte amélioration au second semestre et excellente profitabilité des contrats du People ID.

Le chiffre d’affaire s’affiche à 214,1millions € (contre 220,6 millions € en 2011) et l’EBITDA courant à 14,1 millions € (contre 18,6 millions € en 2011). 

La division People ID continue à générer une très bonne profitabilité et a conclu un nouveau contrat de long terme pour la production et la livraison du permis de conduire belge.

Après un premier semestre difficile en prise de commande et en exécution, la Division Goods ID se rétablit au second semestre et retrouve les niveaux de profitabilité (EBITDA courant) de 2011 et concentre simultanément ses efforts de développement sur 6 solutions phares.

Le  cash flow des opérations se maintient à  un très bon niveau de 12,4 millions €. C’est pourquoi, confiant dans l’avenir et dans sa capacité à continuer à générer un cash flow important,  Zetes proposera à l’Assemblée Générale un dividende ordinaire de 0,38 € complété par une réduction de capital de 0,17 € par action, soit un montant total stable par rapport à 2011.

Groupe 
Revenus du Groupe à 214,1 millions € (-2,9% vs 2011), 
Marge brute à 93,7 millions € (-1,9%)
EBITDA courant à 14,1 millions € (-24,3%)
CASH FLOW des opérations à 12,4 millions €

Goods ID : Rétablissement au second semestre
Revenus à 171,5 millions € (+0,5% vs 2011)
Marge brute à 69,3 millions € (+1,2%)
EBITDA courant à 7,4 millions € (-24,7%)

People ID : Bonne rentabilité et nouveaux contrats signés
Revenus à 42,6 millions € (-14,5% vs 2011)
Marge brute à 24,4 millions € (-9,6%)
EBITDA courant à 9,9 millions € (-18,0%)

I. Compte De Résultats 2012

Le Groupe a connu une légère décroissance de son revenu (-2,9%).

Le Goods ID a réussi à croître très légèrement malgré une année entamée dans un contexte difficile. Du côté du People ID, du fait de l’absence de projet majeur « Build and transfer » à forte composante hardware, le revenu s’est contracté de 14,5%.

La marge brute du Groupe est en croissance en termes relatifs dans les deux divisions, soulignant la stratégie de valeur ajoutée. Elle s’établit à 93,7 millions €, soit 43,8% des ventes (contre 43,3% en 2011).

Les charges d’exploitation s’affichent en croissance de 3,6%. Cependant, d’un semestre sur l’autre, ce poste est en diminution de 1,0% reflétant les efforts de contrôle des coûts mis en œuvre en cours d’année.

L’EBITDA courant s’établit en 2012 à 14,1 millions €. Près des deux tiers de ce montant ont été générés au second semestre, en fort progrès par rapport au premier semestre.

La mise en œuvre de la politique de contrôle des coûts, qui produit déjà ses effets au second semestre, a conduit Zetes à comptabiliser des coûts non courants pour une valeur de 1,2 million €. 
Enfin, le résultat net courant atteint 4,5 millions € et le résultat net s’affiche à 3,5 millions €. 

1. Goods ID

L’année 2012 fut marquée par un premier semestre très volatile en termes de prise de commande et, corollairement, d’exécution. D’un mois à l’autre, essentiellement en fonction du climat d’incertitude entourant la zone Euro, la prise de commande pouvait varier de plus de 50%. Beaucoup de commandes incorporent des prestations de services. Dans un contexte de volatilité de la prise de commande, il est compliqué de les planifier et d’en tirer un flux de revenu régulier. Cela a eu un impact important sur les résultats du premier semestre. Par contre, le second semestre, plus stable, a permis de revenir à des niveaux de valeur ajoutée (marge brute) équivalents à ceux du second semestre 2011 et à un EBITDA en croissance. D’un semestre sur l’autre, l’EBITDA est multiplié par un facteur 2,3 (2,2 millions € en H1 contre 5,2 en H2).

Sur base annuelle, la performance est, comme on peut le voir ci-après, fortement influencée par le premier semestre. La division revient au second semestre 2012 à des ratios de rentabilité comparables à ceux de l’année 2011 (Ebtida courant / ventes : 5,8%).

Par ailleurs, afin de mieux résister à une plus grande volatilité de la prise de commande qui complique considérablement les plannings d’exécution des projets,  Zetes a fait évoluer son business model en se concentrant sur certaines de ses solutions . La Division a analysé attentivement les secteurs économiques et les domaines d’activité où les solutions de mobilité et d’identification automatique  sont les plus critiques et, donc, potentiellement, peuvent générer le plus de valeur ajoutée pour les clients. En croisant ces données avec les domaines d’expertise de Zetes, 6 solutions phares ont été identifiées.

Ces solutions sont converties en produits par le Groupe pour capitaliser l’expérience acquise dans les softwares applicatifs répondant aux besoins des clients d’une même industrie.  Elle consiste à élaborer une solution software (éventuellement combinée à du hardware spécifique) qui  répond adéquatement aux challenges d’une industrie déterminée et qui remplace efficacement, pour le client et pour Zetes, un développement sur mesure. Des initiatives avaient été prises au niveau régional. Aujourd’hui, la démarche va plus loin en canalisant les ressources du Groupe sur 6 solutions seulement. Les gains de productivité attendus pour Zetes sont importants car tous les développements sont concentrés sur un seul produit enrichi en permanence pour chaque solution clé.

Le modèle est donc bénéfique tant pour les clients que pour la Division Goods ID.

Par ailleurs, Zetes définit clairement son domaine d’expertise sur 6 solutions qui couvrent les besoins de la supply chain de l’unité de production au magasin en passant par la logistique et le transport.

6 solutions phare sur la supply chain

Cette stratégie permet à Zetes de mieux servir certains secteurs économiques ciblés avec des produits sophistiqués en conservant la souplesse requise pour développer des projets spécifiques à la demande de ses clients.

L’utilisation d’une plate-forme commune de développement créée par le Groupe permet de supporter les terminaux mobiles de plusieurs fabricants et la plupart des protocoles de communication.

Les clients ont clairement marqué leur intérêt pour ces produits phares car l’accès à l’expertise de Zetes se fait plus rapide et efficace au travers de produits qu’au travers des hommes.  Quelques clients majeurs de l’industrie, de la logistique et de la grande distribution ont déjà passé commande de l’une ou l’autre de ces solutions « Groupe » et celles-ci sont en déploiement en 2013.

Certaines solutions, par exemple celles liées au Cloud, se prêtent très bien à un modèle de revenus récurrents. Zetes fournit alors une solution intégrée (Hardware, software, services) contre paiement par mois et par terminal pour une durée déterminée variant de 3 à 4 ans. Ce modèle est très proche de celui appliqué dans les contrats « Build and Operate » du People ID ;  il augmente la prédictibilité des revenus. Dans certains cas, les actifs donnés en location sont portés au bilan (voir infra). Mais, à terme, dans la plupart des cas, sur base d’accords conclus avec des institutions financières, les actifs matériels seront loués au client par ces dernières.

Croissance organique et effets de change

En Goods ID, l’impact de la variation des devises est très limité.

A périmètre constant, on constate une amélioration des résultats organiques de la division, ce qui s’explique par la contreperformance de l’Afrique du Sud en 2012.

2. People ID

La Division People ID a pu compter sur ses contrats « Build and Operate » pour générer les trois quarts de ses revenus. 
Les grands projets « Build and Transfer » à forte composante hardware sont absents du chiffre d’affaire 2012. C’est pour cette raison que le revenu a baissé de 14,5% et la marge brute de 9,6%. Par contre, la marge brute relative est montée à 57,2% des ventes (contre 54,1% en 2011), soulignant la valeur ajoutée délivrée dans tous les projets et l’importance des services dans le revenu de la Division. 

Tous les contrats « Build and Operate” ont contribué au résultat : eID et carte SIS en Belgique, eID au Portugal et en Israël, passeport et visa biométrique en Côte d’Ivoire. 

Des projets « Build and Transfer » ont été réalisés dans le cadre de cycles électoraux, en Sierra Leone pour le compte des Nations Unies et au Togo. D’autres projets plus modestes ont été réalisés pour le secteur bancaire et celui des assurances ainsi que pour l’identification de fonctionnaires au Tchad. 

En termes de business development, le Gouvernement belge a attribué à Zetes, en fin d’année, le contrat du nouveau permis de conduire. Zetes produira de l’ordre de 0,8 million permis par an pour une durée minimale de cinq ans (modèle « Build and Operate »).

Les charges opérationnelles sont en baisse de 2,8%. En effet, les fonctions non critiques pour la réalisation de grands projets sont toujours externalisées. Comme il y a eu moins de grands projets «Build and Transfer », les coûts opérationnels sont restés sous contrainte.

La Division continue d’afficher d’excellents ratios de rentabilité grâce à sa stratégie de valeur ajoutée (Marge brute) et à son contrôle des coûts permanent.

Le niveau d’EBITDA courant sur ventes reste élevé à 23,2% car la composante « services » est très élevée dans le chiffre d’affaire et les contrats « Build and Operate » sont à forte composante capitalistique.

3. Groupe

Le coût de la Division Corporate s’élève à 3,2 millions €. Le modèle Zetes reste basé sur des divisions opérationnelles fortes et par conséquent, une structure corporate légère. La définition de la stratégie, le contrôle financier, le marketing et la croissance externe sont les principales missions du Corporate. 

Le revenu du Groupe s’établit à plus de 214 millions. Les revenus récurrents sont constitués des revenus des contrats de long terme (« Build and Operate ») en People ID et des revenus de maintenance et de consommables en Goods ID. Ensemble, ils atteignent un montant de l’ordre de 87 millions €, couvrant plus de 40 % du revenu consolidé. 

Des charges non récurrentes sont comptabilisées pour un montant net de 1,2 million €. Elles sont relatives aux restructurations entreprises dans le Goods ID pour aligner les coûts de certaines entités avec leur potentiel de revenu et de marge brute, ainsi qu’à la stratégie de conversion des solutions en produits software (mise en place de la nouvelle organisation). 

Les amortissements sur immobilisations s’élèvent à 5,0 millions €, très comparable au chiffre de 2011. Les dépréciations sur stock (0,4 million €) et sur créances clients (0,2 million €) sont en légère baisse par rapport à l’année précédente. 

L’EBIT courant atteint 6,6 millions € sur l’année 2012, dont 71% ont été générés au second semestre.

Le résultat financier est composé de frais bancaires (0,215 million €, paiements transfrontaliers et diverses garanties comme les bid ou performance bonds), de résultat de change (0,175 million €) et enfin d’une charge d’intérêts (0,150 million €). 

Le taux de taxation s’affiche à 28,9% pour un montant total de 1,4 million €. Ce taux est proche du taux normatif de la société. Le résultat net s’affiche à 3,5 millions € alors que le résultat net courant s’établit à 4,5 millions €.

Le résultat net courant s’affiche à 0,86 € par action.

II. BILAN, INVESTISSEMENTS ET TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE

2012 a eu un impact favorable sur le bilan. Le total bilantaire passe de 163,5 millions € à 159,0 millions €, soit une baisse de 4,5 milions €. Le besoin net en fonds de roulement s’inscrit à la baisse, passant de 13,7 millions € à 12,7 millions €. Le niveau de stock reste stable, à 15,6 millions €, en ligne avec l’évolution du chiffre d’affaires.

Avec des fonds propres de 77,5 millions € sur un total de bilan de 159,0 millions €, le ratio de solvabilité reste au niveau très élevé de 48,8% (47,9% en 2011). Ce ratio est d’autant plus remarquable que la société a procédé en 2012 à la distribution d’un dividende de 2,9 millions € ainsi qu’au rachat d’actions propres (éliminées des fonds propres consolidés), pour 1,7 million €. Zetes attache de l’importance à avoir une structure bilantaire forte car elle lui permet d’aborder et, le cas échéant, d’absorber de très gros marchés. 

Cette bonne gestion financière permet de présenter, après des investissements de plus de 7,9 millions €, une position de net cash de +7,5 millions €, quasi inchangée par rapport à 2011.

L’activité a dégagé un cash flow de 12,4 millions €, qui se décompose en 10,5 millions € générés par le compte de résultats et 1,8 million € liés à la diminution du besoin en fonds de roulement.  Les charges d’impôt cash (1,7 million €) expliquent la plus grande partie de l’écart entre l’EBITDA et le cash flow opérationnel. La diminution du besoin en fonds de roulement est imputable à la stabilité des ventes.

Les investissements du Goods ID atteignent 4,1 millions €, en hausse par rapport aux exercices précédents ; ces investissements se décomposent actifs immobilisés à usage interne (2,3 millions €) et en actifs de support des managed services (contrats de leasing opérationnel avec les clients : 1,8 million €). Des frais de développement ont également été activés pour un montant de 1,8 million € (contre 2,1 millions en 2011).  En People ID, les investissements s’élèvent à 1,2 million € et sont essentiellement relatifs à une amélioration des équipements de production et de personnalisation en Belgique.

Ces investissements ont été réalisés sur fonds propres. Le Groupe continue de dégager des cash flows importants qui sont  consacrés au développement et à l’expansion de l’entreprise ainsi qu’au service du dividende et au rachat d’actions.

En 2012, le Groupe a acquis des actions propres pour une valeur de 1,7 million € et en détenait 215.769 au 31 décembre 2012.

III. ACQUISITION

A la fin du premier semestre, Zetes a acquis la société In Captio basée à Prague, en République Tchèque. Son chiffre d’affaire est d’un peu plus de 2 millions € sur base annuelle et elle est spécialisée dans le Goods ID. L’économie de la Tchéquie, comme celle de sa voisine la Slovaquie, est à forte composante industrielle et en expansion. Les solutions développées par Zetes dans le reste du Groupe vont favoriser la croissance de cette société sur ses marchés domestiques.

IV. PERSPECTIVES

La Division Goods ID a démarré l’année 2013 avec de bonnes perspectives car la prise de commande est meilleure et surtout plus régulière que l’année dernière. Les premiers succès commerciaux des six solutions clé se manifestent déjà avec des premières références signées dans le secteur du retail, ainsi qu’avec des entreprises de production et de courrier.  

La crise et l’incertitude sont toujours d’actualité et peuvent avoir un impact sur le rythme de décisions des clients. Cependant, certains investissements deviennent prioritaires s’ils répondent à de nouvelles exigences réglementaires (sérialisation et traçabilité), s’ils améliorent la qualité du service (Proof of delivery) ou s’ils permettent des gains de productivité significatifs (optimisation en entrepôt ou en magasin). Les 6 solutions clé adoptées répondent toutes à au moins l’un de ces arguments.

Par ailleurs, Zetes continue à s’appuyer sur son recurring business (de 25 à 30% du revenu selon le degré de maturité des filiales). Celui-ci est jusqu’à présent basé sur les services de maintenance et de réparation et sur la vente de consommables (étiquettes, rubans, …). A l’avenir, il sera progressivement renforcé par les revenus de location (managed services). Cela confortera encore la solidité des revenus de la Division.

Dans le People ID, la visibilité reste très bonne sur tous les contrats de long terme (« Build and Operate »). La mise en œuvre du permis de conduire belge va progressivement générer du revenu supplémentaire, surtout à partir du second semestre quand toutes les communes seront à même de délivrer le nouveau document.

En ce début d’année, Zetes poursuit sa mission d’enrôlement des électeurs au Togo. D’autres  petits projets sont également en cours d’exécution.

En termes de business development, la priorité reste à la conclusion de nouveaux contrats « Build and Operate ». Ceux-ci génèrent rarement un revenu conséquent la première année mais ils assurent la prospérité de la Division à moyen et long terme. Zetes participe pour l’instant à plusieurs appels d’offre, soit en Europe, soit en Afrique, et elle continue son travail de business development sur ces deux continents.

La Division People ID connait un semestre de très forte activité avec le lancement des nouveaux contrats comme le permis de conduire belge. Cependant leur contribution au résultat est attendue surtout sur le second semestre.

En résumé, le bon rétablissement du Goods ID combiné avec un résultat du même ordre en People ID doit conduire à des résultats bien meilleurs au premier semestre 2013 que ceux de la même période en 2012

V. RISQUES ET INCERTITUDES

Investir dans l’action Zetes comporte des risques. Ils ont été décrits dans le rapport annuel 2011 et restent d’actualité.

VI. DIVIDENDE

Le Conseil d’Administration proposera à l’Assemblée Générale Ordinaire de verser un dividende brut ordinaire par action de 0,38 €. Le dividende sera complété par une réduction de capital par remboursement aux actionnaires de 0,17€ par action, soit un montant total stable par rapport à 2011.

VII. ETABLISSEMENT DES COMPTES

Les états financiers présentés ci-après constituent un résumé du rapport annuel qui sera disponible le 29 avril 2013. Ils sont établis en € et en conformité avec les normes IFRS adoptées par l’Union Européenne.

VIII. TRAVAUX DU COMMISSAIRE

L’audit des comptes annuels est en cours. Le Commissaire a confirmé que ses travaux de révision, qui sont terminés quant au fond, n’ont pas révélé de correction significative qui devrait être apportée aux informations comptables reprises dans le communiqué de presse.

IX. CALENDRIER

Assemblée Générale Extraordinaire : le 22 avril 2013

Publication du rapport annuel : le 29 avril 2013

Assemblée Générale Ordinaire : le 29 mai 2013

- FIN -